Les Cahiers de l’Est (1975-1980)

Le but profond de notre revue serait qu‘elle n‘ait plus de raison de paraître : cela voudrait dire que tous ces écrivains soient lus, appréciés, jugés selon les mêmes critères que les écrivains de n‘importe quel autre pays, qu‘il n‘y ait plus la littérature de l‘Est et l’autre.

TSEPENEAG, Dumitru, « Éditorial », Cahiers de l’Est, n°1, 1975.

En 1975 est publiée en librairie la revue littéraire les Cahiers de l’Est. Initiée par un groupe d’exilés roumains dont Sanda Stolojan et Dimitru Tsepeneag1, elle publie pendant cinq années des poèmes, de la prose, du théâtre, des articles politiques et littéraires, des notes de lecture ou bien encore des documents tels que des témoignages, des lettres, etc. Son objectif est simple, comme expliqué dans l’éditorial qui ouvre le premier numéro : rétablir sur un pied d’égalité la littérature de l’Est avec la littérature de l’Ouest.

Dumitru Tsepeneag, qui a rédigé cet éditorial, part d’un constat assez désolant : la littérature de l’Est n’attire le lecteur occidental que si elle est politique, qu’elle critique les régimes communistes et dénonce ses méfaits. L’art y est totalement occulté. On ne s’intéresse plus à l’esthétique, aux émotions ni aux innovations – qui pour la plupart des avant-gardes, ont vu le jour à Prague, Budapest ou Varsovie, mais aux idéologies qu’on peut appliquer dessus.

En revanche, dans les Cahiers de l’Est, les textes présentés seront quasiment toujours choisis pour leur intérêt littéraire et le plus souvent, ils ne traiteront pas de la vie sous le socialisme – ou alors ne le mentionneront pas. Les poèmes y foisonneront, de genres et styles divers et variés. La plupart des auteurs seront contemporains, mais une partie sera aussi plus ancienne, présentant les différents pans de la culture littéraire des pays d’Europe Centrale.

La revue Cahiers de l’Est sera publiée de 1975 à 1980 comptabilisant vingt numéros traitant de la littérature d’Europe Centrale2. Ces numéros sont tous disponibles à la BnF, (ainsi qu’à la Bulac ou à La contemporaine), de même que quatre dossiers spéciaux de la collection des Cahiers de l’Est traitant de l’humour politique à l’Est, de l’antisémitisme dans la presse soviétique ou encore du socialisme à visage humain en Tchécoslovaquie.

En ce qui concerne les archives de la revue, elles n’ont malheureusement pas été conservées par l’éditeur. Il est néanmoins possible d’étudier la revue à travers les riches archives personnelles des membres de sa rédaction, toutefois, ces archives ont été dispersées à travers l’Europe, la plupart du temps dans le pays d’origine des rédacteurs. Les archives de Zofia Bobowicz3 sont par exemple conservées à l’université Jagellon de Cracovie, alors que celles de Sanda Stolojan4 sont à Bucarest5. A côté des archives, les journaux et biographies des différents rédacteurs se montrent très précieuses. Et, même si les Cahiers y occupent une place minime le plus souvent, il est intéressant de recouper les différents vécus. Enfin, pour comprendre l’histoire de cette revue, il est aussi possible de se reposer certaines études qui ont par le passé utilisé les Cahiers de l’Est pour appuyer leurs recherches6((NEUBAUER, John, TOROK, Borbála Zsuzsanna, The Exile and Return of Writers from East-Central Europe, Berlin, De Gruyter, 2009)). Dans ce billet, nous faisons aussi appel à certaines informations provenant d’échanges directs avec des membres de l’équipe de rédaction.

Dès sa parution, la revue Cahiers de l’Est tente d’échapper aux idéologies de Guerre Froide et à la polarisation politique caractéristique de l’époque. Elle ne s’interdit pas de traiter de politique – loin de là, elle est hautement politique ; toutefois elle ne traite de politique qu’à travers la culture comme les rédacteurs le rappellent à plusieurs reprises à travers les vingt numéros qui la composent. C’est ce qui la différencie principalement des revues contemporaines issues de l’exil et de la dissidence comme la revue polonaise Kultura.

Les Cahiers par leur essence même n’ont pas non plus été exempt des vues idéologiques de certains politicien. En effet, avant la définition d’une ligne éditoriale précise, la revue devait recevoir les financements du diplomate roumain Alexandru Creţianu. Ce-dernier demeurant au États-Unis souhaitait porter davantage l’opposition au régime communiste de Nicolae Ceaușescu quitte à faire des Cahiers un outil de propagande. Toutefois, le différend s’est montré trop important et Creţianu s’est retiré du projet après quelques numéros. Le comité de rédaction désirait soutenir les auteurs de l’Est bien entendu, mais de manière plus subtile. En effet, en faisant connaître les auteurs de l’Est à l’Ouest, en leur faisant gagner de la notoriété, ces auteurs deviennent plus difficilement atteignables par la répression communiste.

Bien qu’ayant reçu des financements d’organismes politiques tels que la CIA ou le CNPF7 et d’institutions gouvernementales comme le Centre National du Livre (CNL), la revue vivote et peine à payer tout juste les traductions des textes qu’elle publie. On peut lire dans les témoignages et journaux des différents membres de la rédaction, l’incertitude permanente sur la longévité des Cahiers. Outre le rédacteur en chef (D. Tsepeneag), les autres membres sont bénévoles.

Antérieurement aux incertitudes sur sa longévité, c’est d’abord des incertitudes sur son existence même qui sont les plus présentes. En effet, Flammarion, le premier éditeur contacté, après de longues hésitations rejette le projet, trop hasardeux et pas assez de moyens au départ. C’est avec Bertrand Sorlot qui dirige les éditions Albatros ayant déjà publié quelques ouvrages de dissidents russes, que les Cahiers voient le jour. Cependant, un mois avant la parution du premier numéro, rien n’est prêt. La plupart des textes ne sont pas choisis, les traductions ne sont pas faîtes, les différents membres du comité de rédaction s’éparpillent en Europe, Milan Kundera refuse de faire partie du comité d’honneur chapeautant la revue à cause de différents idéologiques et pour couronner le tout, une revue similaire paraît au même moment en Allemagne mais avec plus d’argent et parrainée par Soljenitsyne.

Malgré son accouchement chaotique, les Cahiers de l’Est paraissent, et ce pour les cinq années suivantes. Vendue en librairie au prix de 25F, il est possible de s’y abonner afin de recevoir les quatre numéros annuels pour 80F. Il est aussi possible d’adhérer à un abonnement dit « de soutien » à 150F. Les numéros sont au format Esprit, environ 160-200 pages et devaient être initialement tirés à 10 000 exemplaires. Ils sont principalement lus par les cercles intellectuels et les communautés d’exilés. Malgré certaines craintes de la part du comité de rédaction, ils parviennent à allier au sein des Cahiers des textes issus de l’exil mais aussi d’auteurs de l’Est, conservant le lien avec l’autre côté du rideau de fer. Ainsi, les Cahiers de l’Est n’est pas totalement une « revue de l’exil ». Les rédacteurs avaient effectivement peur que les auteurs des pays socialistes soient frileux à l’idée de publier, premièrement à l’étranger mais aussi aux côtés d’auteurs exilés, ouvertement dissidents. Mais sans la présence de textes de l’Est, la revue n’aurait pu suivre sa ligne éditoriale et sa volonté de faire connaître la littérature d’Europe Centrale. Une des raisons pour lesquelles aussi, la revue ne se lance guère dans de grands réquisitoires politiques comparé à d’autres revues de l’époque.

Par ailleurs, la revue trouve aussi son chemin jusque dans les démocraties populaires. N’étant bien évidemment pas autorisée à être publiée là-bas, des intellectuels de l’Est profitent de leur voyage à l’Ouest pour ramener certains numéros et les diffuser dans les cercles littéraires locaux. Ce sont principalement les numéros spéciaux, dédiés à la littérature d’un pays en particulier qui sont diffusés. En général, les numéros sont composés de textes d’auteurs provenant de différents pays d’Europe Centrale. Cependant, une à deux fois par an un numéro spécifique sur la littérature d’un pays est produit. Ces numéros spéciaux font l’objet de fortes attentions et de commentaires dans le pays en question au sein des cercles intellectuels et répondent à une demande importante de la communauté des exilés de se voir représentés et mis en avant spécifiquement dans une société française qui n’est pas toujours des plus ouvertes. D. Tsepeneag écrivait dans son journal en 1977 : « Jusqu’à ce jour (et maintenant encore) nous [les intellectuels de l’Est] étions tenus à l’écart, tolérés à condition de la boucler (voir les déclarations de Jacques Chirac sur Leonid Pliouchtch). Personne ne nous aime, regardés avec suspicion par la gauche et la droite, considérés comme une sorte de trouble-fête, traités soit avec une indulgence méprisante (de pauvres gens traumatisés), soit avec haine, or nous voilà d’un coup au centre de l’attention générale, tiraillés de tous les côtés, utilisés dans le jeu électoral. » (p.565).

Les Cahiers de l’Est s’arrêtent en 1980 avec le numéro 20. En 1991 et jusqu’à 1992 paraîtra les Nouveaux Cahier de l’Est reprenant les mêmes codes, les régimes communistes en moins. Enfin, de 2003 à 2004 sera publié Seine et Danube, dernière revue sur ce modèle issu des Cahiers de 1975.

Valentin Auger, Université de Caen

Bibliographie

BOBOWICZ, Zofia, De Laffont à Vivendi, Paris, Le Bord de l’Eau, 2014.

HALA, Katérina, « Les années soixant : un « âge d’or » du théâtre tchèque? », 2009.

NEUBAUER, John, TOROK, Borbála Zsuzsanna, The Exile and Return of Writers from East-Central Europe, Berlin, De Gruyter, 2009.

TANASE, Virgil, Ma Roumanie, Paris, Ramsay, 1990.

TSEPENEAG, Dumitru, Un Roumain à Paris, Paris, P.O.L, 2021.



Citer ce billet
LC Admin (2021, 27 mai). Les Cahiers de l’Est (1975-1980). La contemporaine. Bibliothèque, Archives, Musée des mondes contemporains. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qr1h

  1. Dumitru Tsepeneag, né en 1937, est un écrivain roumain. Initiateur du mouvement oniriste en Roumanie avec Leonid Dimov entre autres. Il part de Roumanie pour la France au début des années 70 et se fait retirer sa nationalité pendant qu’il est à l’étranger. Il publie ses ouvrages en français ainsi qu’en roumain, bien qu’il ne puisse être publié là-bas. []
  2. Nous prenons ici le terme « Europe Centrale » dans un sens large, tout ce qui est entre l’Allemagne et la Russie, de la Yougoslavie à la Pologne []
  3. Zofia Bobowicz, née en 1937, est une éditrice et traductrice polonaise. Elle a notamment crée la première collection de littérature d’Europe de l’Est en France à la fin des années 70 []
  4. Sanda Stolojan (1919-2005) est une autrice et interprète roumaine. Elle tente de quitter la Roumanie peu après l’arrivée des communistes au pouvoir mais échoue. Elle y parvient cependant en 1961 et s’installe en France avec son mari. Elle devient interprète pour plusieurs ministres français et quasiment tous les présidents de la République. Elle est aussi l’une des membres les plus active de la ligue pour la défense des droits de l’Homme en Roumanie. Voir : https://lcbam.hypotheses.org/794 []
  5. Voir pour les archives de Sanda Stolojan : http://cultural-opposition.eu/registry/?uri=http://courage.btk.mta.hu/courage/individual/n44708 []
  6. HALA, Katérina, « Les années soixante : un « âge d’or » du théâtre tchèque? », 2009 []
  7. Le Conseil National du Patronat Français (CNPF) était une organisation patronale qui avait pour objectif de pourvoir au dialogue avec l’État. Il va de soit qu’en temps de Guerre Froide, le syndicat patronal finance tout ce qui s’oppose plus ou moins au communisme, d’autant plus dans les années 70 après Mai 68. Le CNPF devient le Medef en 1998 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search