Ratonnades du 17 octobre 1961

Déroulé du parcours d’Elie Kagan de Paris à Nanterre

Métro Concorde

© Kagan, coll. La contemporaine

La première photo de Kagan prise depuis la rame de métro en sens inverse, son appareil caché sous sa veste. Au métro Concorde, les Algériens sont parqués mains au mur. La police rassemble les manifestants avant de les acheminer au Palais des Sports de la Porte de Versailles.

Métro Solférino

Dans le métro Solferino, un des rares gestes de solidarité dont Kagan sera témoin : un jeune homme resté anonyme a acheté un carnet de tickets de métro et les distribue au fur et mesure aux algériens fuyant les forces de l’ordre.


« 17 octobre 1961 […]
Plus tard on appellera cette chaude journée Ratonnades à Paris. Des Arabes par milliers, Concorde, Solférino, Rue de Lille, hommes casqués. Ma peur, qui me surprend.
Octobre 61
Juillet 42
Octobre 61
Juillet 42
Métro, wagons bondés
Français, nez contre vitres, indifférents,
on tire, on tue, et puis on efface vite.
Et moi Seul, tout seul avec ma peur au ventre
Qui fais mon métier d’homme
Et fixe pour toujours
Le crime, l’assassinat
La mort d’innocents
En espérant, Naïf
Que peut-être les images réveilleront les autres
Amorphes, endormies, égoïstes… ou pourris
Sur le quai du métro je photographie un Arabe qui souffre
Une balle dans l’épaule
Il est là grimaçant, pleurant
Une femme s’approche
Casquette galonnée
Et me dit:
Savez-vous qu’il est interdit de prendre des photos sur le quai du
métro?
Alors je ne me retiens plus et lui hurle
Comment
Des hommes pleurent, souffrent
Et vous me dites à moi
Qui fait mon métier d’homme
Qu’il est INTERDIT
Mais qui êtes-vous donc
Créature insensible
Chrétienne?
Syndiquée?
Communiste, Cgt?
Tout à l’heure, quand des flics poursuivaient ces malheureux, vous
n’avez même pas pensé à leur dire que c’était interdit de tuer
d’autres hommes, de les poursuivre jusque dans le métro.
Et puis je l’ai giflée.
Des souvenirs qui m’assaillent
16 juillet 42
Le Vél d’Hiv plein de juifs
Français indifférents
Et partent puis
Meurent au loin
Innocents, innocents
Et moi j’ai survécu, j’ai lu
J’ai étudié
Réussite
Faire ce que je veux
Faire ce que je dois. »

Extrait du « Petit livre gris » d’Élie Kagan (vers 1969)

Dispositifs policiers

Près du pont de Neuilly, camions de police et bus de la RATP réquisitionné pour embarquer de force les Algériens, mains sur la tête.

Nanterre, rue des Pâquerettes

Elie Kagan entend dire qu’il y a eu des coups de feu à Nanterre, il enfourche sa Vespa et fonce. En arrivant il entend tirer des rafales. Il ne voit pas des manifestants mais des gens blessés. Sur un muret, il voit un premier mort et d’autres blessés. Malgré le danger, il sort son 6/6 et son flash, sous les invectives des policiers.

© Kagan, coll. La contemporaine

A Nanterre, Kagan et un journaliste américain emmènent un blessé à l’Hôpital de Nanterre. Kagan ne saura jamais l’histoire de cet homme : l’inconnu de la rue des Pâquerettes a retrouvé son identité grâce au témoignage de son neveu. Abdelkader Bennehar a été identifié à Oran en 2000 grâce à, (et bien après!) la parution de « La Bataille de Paris »de Jean-Luc Einaudi comportant des photos de Kagan. Il est mort de multiples fractures du crâne dans des conditions obscures après son arrivée à l’hôpital.

Caroline Apostolopoulos, d’après Jean-Luc Einaudi et Elie Kagan, 17 octobre 1961. Editions Actes sud/Solin/BDIC, décembre 2001. Collection « Archives privées ».

Voir aussi :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search