La propagande austro-hongroise durant la Première Guerre mondiale 3/3 : les Vivatbänder

Nous publions ici le projet culturel de Salomé Binga, présenté dans le cadre d’un M2 d’études germaniques encadré par Anne-Marie Pailhès, enseignante chercheuse à l’Université Paris Nanterre (Département LEA). Ce travail s’appuie sur des affiches et Vivatbänder conservés à La contemporaine.

Une autre facette de la propagande austro-hongroise est la production conséquente de Vivatbänder. Le Vivatband (Vivatbänder au pluriel en allemand) est un ruban commémoratif patriotique, le plus souvent en soie mélangée satinée. Le terme latin Vivat tient sa source de la formule de vœux “Vivat – Er lebe noch !” (“Qu’il vive !”), couramment utilisée dans l’Allemagne du XVIIe siècle lors d’occasions solennelles. Les Vivatbänder sont apparus sous le règne de Frédéric II de Prusse, ils étaient remis à l’occasion des cérémonies commémoratives et portés sur les vêtements en décoration. Lors de la Première guerre mondiale, la fonction des Vivatbänder change, ils deviennent des cadeaux de remerciement pour les dons de bienfaisance et non plus de simples ornements. Ces Vivatbänder étaient spécialement conçus pour lever des fonds pour la Croix-Rouge en Allemagne et en Autriche pendant la Première guerre mondiale. Généralement, les rubans portaient des messages à vocation patriotique, qui célébraient des figures, des batailles et des événements importants afin de favoriser l’émulation et le soutien du peuple. La majeure partie des rubans suivent le même modèle de conception, avec le mot “Vivat”, signifiant “longue vie” imprimé en haut, suivi d’un texte et d’un graphique uniques au milieu. Le bas du ruban portait presque systématiquement la mention “Zum Besten des Roten Kreuzes” (“Au profit de la Croix-Rouge”).

Pendant la Première Guerre mondiale, plus de 200 000 Vivatbänder ont été vendus et sont devenus des objets populaires de collection. La taille était standardisée, en moyenne d’environ 40 x 6,5 cm, mais différait selon l’éditeur, tout comme la qualité. Les deux éditeurs allemands les plus prolifiques dans la production de ces rubans étaient Kuno Bergmann et Amsler & Ruthardt.

Ces éditeurs ont créé des albums de collection dans lesquels les rubans pouvaient être insérés, ces rubans n’étaient donc pas destinés à un usage vestimentaire.

Les rubans produits par la société Kuno Bergmann étaient considérés comme de qualité inférieure et conçus comme des produits de masse. Ils sont reconnaissables par leur taille plus réduite d’environ 32 x 5,2cm. Le tissu était d’assez mauvaise qualité, l’impression plutôt bâclée et la numérotation assez chaotique. En comparaison, la société Amsler & Ruthardt était déjà renommée dans le monde du marché de l’art avant de se mettre à produire des rubans, et était aussi reconnue dans le milieu artistique berlinois grâce à des expositions d’art annuelles, la publication de gravures originales, d’impressions d’art de haute qualité, avec des catalogues de vente aux enchères et de stocks préparés scientifiquement.

L’image de gauche est la photographie d’un Vivatband de l’éditeur Amsler & Ruthardt, tandis qu’à droite, il s’agit d’un exemplaire de Kuno Bergmann. On retrouve quelques similitudes entre le thème des deux dessins, dont la figure de l’épée à plusieurs lames qui représente la fraternité d’armes entre les pays alliés. Sur la première, l’épée est à trois lames pour les trois pays alliés Allemagne, Autriche-Hongrie et Turquie, et la deuxième est à quatre lames pour l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Turquie et la Bulgarie, qui a rejoint les empires centraux en octobre 1915. Les sentiments de valeur, de fierté et de fidélité sont mis en avant. On remarque aussi que le ruban Amsler et Ruthardt est plus travaillé et comporte plus de détails dans le dessin.

Les deux Vivatbänder suivants célèbrent la bataille victorieuse des Dardanelles, également appelée campagne de Gallipoli, au cours de mars – avril 1915, déclenchée par l’offensive des forces britanniques et françaises pour prendre possession du Détroit des Dardanelles. La bataille a occasionné des pertes militaires conséquentes pour le camp adverse.

Les auteurs des rubans s’inspirent des principaux symboles de la Turquie que sont le croissant de lune et l’étoile, l’un des rubans reprend d’ailleurs les couleurs du drapeau turc, rouge et blanc.

Sur le Vivatband en soie rouge et blanche, un médaillon met à l’honneur le portrait du sultan de l’empire turc, Mehmet V, entouré de lauriers, de drapeaux et de canons. Le texte du dessous signifie “Vive notre brave allié”, sous lequel on distingue l’architecture de la Mosquée bleue d’Istanbul, puis la figure d’un soldat turc portant turban et sabre.

L’autre Vivatband de couleur rose pâle montre un soldat turc s’apprêtant à tuer avec sa baïonnette les trois serpents à ses pieds, symbolisant les trois puissances de la Triple Entente, la France, le Royaume-Uni et la Russie. L’auteur de ce ruban semble s’inspirer de l’iconographie religieuse car la figure du soldat rappelle l’archange Saint-Michel qui, muni d’une épée, terrasse selon les versions, un dragon, un serpent ou un diable.

Vivatband, 1916, Coll. LC.

Le dernier Vivatband célèbre la fin du siège victorieux de Kut El Amara au sud de Bagdad, qui dura du 7 décembre 1915 au 29 avril 1916. Tout comme pour les autres rubans, la figure de l’aigle est utilisée comme allégorie pour l’empire allemand et austro-hongrois et le croissant de lune et l’étoile pour l’empire turc. Le lion blessé symbolise les forces britanniques qui ont capitulé en raison du siège de la ville.

La plupart des dessins des Vivatbänder ont été conçus par des artistes renommés de l’époque, et les styles sont très divers et s’étendent de l’historicisme, l’impressionnisme, l’art nouveau jusqu’aux formes expressionnistes. Sur certains rubans, on retrouve de courts textes littéraires allant d’œuvres dramatiques, de couplets lyriques, de chansons, de citations et de proverbes aussi bien que de vers de poésie.

L’analyse et la prise en compte de ces rubans commémoratifs patriotes dans le champ de l’histoire de l’art est quasi absente alors que ceux-ci constituent des sources inédites pour aborder l’histoire culturelle de la Première guerre mondiale.

Une réévaluation et une mise en valeur de ce support de propagande du point de vue de l’histoire de l’art, de la littérature, et des médias pourraient donc se révéler instructive.

Les artefacts de propagande liés à la vie culturelle et artistique de la Première guerre mondiale nous en apprennent beaucoup sur le fonctionnement de l’arrière et les différents organes de propagande en Autriche-Hongrie. L’art a joué un rôle stratégique et fédérateur dans le rapprochement entre l’empire austro-hongrois et turc, même si par la suite l’art turc ne s’est pas développé en Autriche en raison de circonstances défavorables à son expansion ainsi qu’au contexte de guerre.

Lire les billets associés :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search