La propagande austro-hongroise durant la Première Guerre mondiale 2/3 : les affiches du k.u.k. Kriegspressequartier

Nous publions ici le projet culturel de Salomé Binga, présenté dans le cadre d’un M2 d’études germaniques encadré par Anne-Marie Pailhès, enseignante chercheuse à l’Université Paris Nanterre (Département LEA). Ce travail s’appuie sur des affiches et Vivatbänder conservés à La contemporaine.

Le k.u.k Kriegspressequartier – Département de la presse de guerre impériale et royale – a été fondé en juillet 1914, au début de la Première guerre mondiale. Son rôle était de coordonner toutes les activités de propagande en se servant de l’ensemble des médias de masse disponibles à cette époque : presse, radio, littérature, cinéma, peinture, expositions, affiches etc…

Cette propagande a joué un rôle important de médiation entre le front et l’arrière.

L’affiche portant sur l’exposition   Die Kunst der Nadel ne semble pas avoir été explicitement commandée par le k.u.k Kriegspressequartier, mais représente un bon exemple pour montrer la participation à l’effort de guerre par la population civile. L’évènement a lieu du 27 novembre au 16 décembre 1915, l’entrée est payante et coûte deux couronnes. Il s’agit de la troisième exposition d’une vente de produits artisanaux réalisés par l’école pratique de femmes Anitta Müller au profit des réfugiés de Galicie et Bucovine. Anitta Müller est une femme ayant beaucoup œuvré à l’arrière durant la Première guerre mondiale. Au début, elle faisait partie du “Bureau d’assistance aux réfugiés de Galicie et de Bucovine” dans le cadre du service d’assistance de guerre et au sein duquel elle dirigeait le département des femmes en retour de couches, l’assistance aux nourrissons, un foyer maternel et une crèche. Parallèlement à cette activité, elle a développé sa propre organisation privée avec un foyer pour jeunes mères, un centre de soins pour enfants, une crèche, un café associatif, des écoles de travail pour femmes et jeunes filles, un sanatorium pour enfants, des collections d’archives sociales à des fins éducatives et documentaires. Les services se sont élargis au fil des années, et en plus du travail social, il y avait des activités de collecte de fonds, ainsi que de diffusion et de visibilité de ces initiatives. Initialement connue sous le nom de « Wohlfahrtsinstitutionen der Frau Anitta Müller für Flüchtlinge aus Galizien und der Bukowina » – Institutions d’aide sociale de Mme Anitta Müller pour les réfugiés de Galice et de Bucovine -, elle regroupe en avril 1918 ses nombreuses activités en une association appelée “Soziale Hilfsgemeinschaft Anitta Müller” – que l’on peut traduire par “Association de protection sociale Anitta Müller”.

Sur l’affiche, les différentes puissances de l’Alliance sont figurées par cinq écussons en tissu. L’Allemagne se retrouve sous la forme d’une cocarde rouge, noire et blanche ramenant aux couleurs du drapeau impérial, l’Autriche-Hongrie par un motif jaune et noir, le croissant et l’étoile pour l’Empire ottoman. Puis des motifs basés sur les drapeaux bulgares et hongrois pour les deux derniers. Ces deux écussons sont transpercés par une aiguille à coudre. Cette affiche promeut l’idée d’un sentiment d’unité et de solidarité entre les peuples alliés. L’Autriche-Hongrie a dû faire face à une vague de réfugiés après l’invasion de la Galicie et de la Bucovine par les troupes russes au mois d’août 1914. L’aide aux réfugiés permettait aux autorités autrichiennes de montrer l’unité des diverses nationalités de l’Empire et le ralliement autour d’un destin commun, l’action des associations de bienfaisance venait en complément des programmes d’assistance officiels1. Pourtant, derrière cette apparente union entre les peuples, l’exclusion des réfugiés au sein de la population et le repli nationaliste commençaient à se faire sentir.

Au cours de la guerre, un total de 550 artistes et journalistes ont été actifs en tant que membres de la k.u.k Kriegspressequartier (KPQ), parmi lesquels on compte 280 peintres de guerre constituant le groupe artistique du KPQ.

Wilhelm Victor Krausz faisait partie de ces artistes membres de l’organisation. Il a étudié à l’Académie de Vienne, puis s’est formé avec différents maîtres à Paris et Munich.

Affiche de Wilhelm Victor Krausz, 1916, Coll. LC.

L’exposition est dédiée à ses travaux lorsqu’il peignait en tant que capitaine dans les Balkans. Les bénéfices des entrées de cette exposition sont reversés à la k.u.k Kriegsfürsorgeamt – le bureau d’aide sociale à la guerre de la monarchie impériale et royale, chargée d’organiser l’aide aux soldats du front, aux invalides de guerre et aux familles endeuillées de combattants de la Première guerre mondiale. Ce bureau est principalement financé par des dons. Sur les 7,8 millions d’hommes envoyés à la guerre pour la monarchie des Habsbourg, il y eut plus de 1,5 millions de morts et plusieurs centaines de milliers de blessés.

Ce qui surprend sur cette affiche est la dichotomie entre le texte et la scène représentée, un paysage paisible d’une mosquée à Constantinople/Istanbul, sans aucune agitation apparente. On ne perçoit absolument pas la violence des affrontements qui ont lieu sur le front.

Il s’agit sûrement d’un choix visant à donner une image positive de la guerre afin de favoriser la consolidation morale du front intérieur.

Au cours de l’année 1918, deux expositions se déroulent autour du thème de la Turquie et des Balkans, aussi organisées par le k.u.k Kriegspressequartier. Sur les deux affiches, on retrouve le motif de la mosquée et de ses minarets, utilisé comme symbole principal de l’Empire turc/ottoman sur de nombreuses affiches.

Ausstellung von Bildern türkischer Maler, Mai-juin 1918, Coll. LC.

L’exposition de peintres turcs/ottomans (“Austellung von Bildern türkischer Maler”) à Vienne a été organisée pour des raisons socio-politiques afin de mettre en avant la fraternité d’armes entre deux empires anciennement hostiles entre eux. Ainsi, les relations entre les deux États ont atteint un point culminant intéressant sur le plan artistique.

Cette exposition avait lieu dans la salle des fêtes de l’Université de Vienne. Pour la première fois, des peintres turcs/ottomans avaient une exposition extraterritoriale qui leur était propre2. Ces peintres faisaient partie d’un groupe d’artistes installés dans l’atelier Şişli (“Şişli Atölyesi”), Şişli étant l’un des trente-neuf districts d’Istanbul. Ce groupe était chargé de peindre des tableaux commissionnés par le ministre de la guerre turc, Enver Pasha. Il est aussi intéressant de savoir que beaucoup de ces artistes turcs/ottomans ont fait leurs études d’art à Paris et ont été marqués par le courant impressionniste.

Des artistes célèbres travaillaient aussi pour le k.u.k Kriegspressequartier. L’affiche de l’exposition “Balkan und Orient im Bilde” (“Balkans et Orient en images”) a été conçue par Oskar Laske, l’un des peintres autrichiens les plus importants du début du XXe siècle. Son style narratif enjoué et sa peinture intensément colorée sont considérés comme caractéristiques de son œuvre. Il peignait souvent des paysages, des places de villes et des scènes de genre de ses voyages en Europe et en Afrique du Nord. Les peintures présentées lors de cette exposition sont très probablement inspirées de son voyage à Constantinople/Istanbul en 1912.

Lire les billets associés :



  1. Morelon Claire, « L’arrivée des réfugiés de Galicie en Bohême pendant la Première guerre mondiale : rencontre problématique et limites du patriotisme autrichien », Histoire@Politique, 2016/1 (n°28), p.5-18. []
  2. Nuşin Arslan, Da und fort: die Zentralperspektive : türkische Malerei konnte Monarchien auslöschen – und türkische Malerinnen? : ein Schauspiel der Welt, Berlin, Logos Verlag Berlin, 2016, p.152 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search