La propagande austro-hongroise durant la Première Guerre mondiale1/3 : une mise en avant des relations avec l’Empire ottoman

Nous publions ici le projet culturel de Salomé Binga, présenté dans le cadre d’un M2 d’études germaniques encadré par Anne-Marie Pailhès, enseignante chercheuse à l’Université Paris Nanterre (Département LEA). Ce travail s’appuie sur des affiches et Vivatbänder conservés à La contemporaine.

  • La naissance de l’alliance entre l’Empire ottoman et l’Autriche-Hongrie

L’entrée de l’Empire ottoman dans la Première Guerre mondiale se fit plutôt discrète. Les Jeunes Turcs, des officiers nationalistes, sont au pouvoir depuis 1909. À la suite de plusieurs défaites militaires consécutives au début de la décennie 1910, où sont perdues pour l’essentiel ses possessions en Europe, l’Empire se retrouve menacé et fragilisé dans son existence. À cette époque, la Russie représente une menace potentielle car elle cherche à obtenir le libre passage de plusieurs détroits, ceux du Bosphore et des Dardanelles. L’Empire ottoman cherche alors des appuis auprès des puissances extérieures, la France n’est pas envisagée car elle est déjà un allié déclaré de la Russie.

L’Empire se tourne tout d’abord vers le Royaume-Uni, très actif dans la Méditerranée méridionale du fait qu’il contrôle le canal de Suez, cependant le pays ne donne pas suite à ces sollicitations. Il ne reste alors que l’Allemagne parmi les grandes puissances européennes. Une grande partie des Jeunes Turcs y ont effectué leurs études et en sont revenus satisfaits et admirateurs de l’ordre du Reich, des traditions perpétuées et de l’efficacité de l’armée. L’ambassadeur allemand en Turquie envoie alors un télégraphe à Berlin proposant de confier à un général allemand la direction de l’armée turque. L’empereur Guillaume II accueille favorablement cette sollicitation et envoie donc le général Otto Liman Von Sanders en mission militaire le 13 juin 1913 afin d’instruire et de réorganiser l’armée turque selon des standards modernes1. À partir de 1913, les liaisons commerciales entre les deux empires se renforcent et augmentent considérablement, et du matériel militaire neuf est acheminé en grande quantité vers l’Empire ottoman. En juillet 1914, l’Empire ottoman demande son adhésion à la Triple Alliance formée à l’époque par l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie. Un traité est signé le 2 août 1914 mais cette alliance reste secrète jusqu’en octobre 1914. Ce laps de temps permet à l’armée de se préparer à la guerre et de se moderniser.

Voir les billets associés :


Bibliographie:

  • Arslan Nuşin, Da und fort: die Zentralperspektive: türkische Malerei konnte Monarchien auslöschen – und türkische Malerinnen? ein Schauspiel der Welt, Berlin, Logos Verlag Berlin, 2016
  • Schiavon Max, « La naissance du Front d’Orient », dans :  Le Front d’Orient. Du désastre des Dardanelles à la victoire finale. 1915-1918, sous la direction de Schiavon Max. Paris, Tallandier, « Hors collection », 2014, p. 22-23

Sites web:



Citer ce billet
LC Admin (2021, 20 mai). La propagande austro-hongroise durant la Première Guerre mondiale1/3 : une mise en avant des relations avec l’Empire ottoman. La contemporaine. Bibliothèque, Archives, Musée des mondes contemporains. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qr1e

  1. Schiavon Max, « La naissance du Front d’Orient », dans :  Le Front d’Orient. Du désastre des Dardanelles à la victoire finale. 1915-1918, sous la direction de Schiavon Max, Paris, Tallandier, « Hors collection », 2014, p. 22-23 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search