Archives de l’Association Solidarité France Pologne

Au début de l’année 2012, les archives de l’Association Solidarité France Pologne sont léguées à la Société Historique et Littéraire Polonaise/Bibliothèque Polonaise de Paris et deviennent largement disponibles pour la communauté scientifique. Elles témoignent d’une activité de soutien à la dissidence polonaise dans les années 1980 en Pologne, animée par des Polonais immigrés en France ainsi que par leurs cercles de connaissances.

Histoire de l’Association Solidarité France Pologne

En juillet 1980, la Pologne connaît une série de longues grèves. L’opinion publique française suit cette actualité avec une attention et un intérêt soutenus. Poussés par leurs amis français, Krystyna Vinaver et Karol Sachs, Polonais résidants en France depuis 1969, sont à l’initiative à l’automne 1980 de la création de l’Association Solidarité France Pologne (ASFP). L’objectif est de fournir une information de qualité en France sur ce qui se passe en Pologne, d’organiser des manifestations de soutien en France et de favoriser une coopération avec le nouveau syndicat Solidarność, né le 31 août 1981. Piotr Słonimski, un des fondateurs du Centre de génétique moléculaire du CNRS, vivant en France depuis 1947, en devient le premier président.

Jusqu’à l’instauration de l’état de siège en Pologne, le 13 décembre 1981, l’activité de l’Association Solidarité France Pologne va essentiellement consister à collecter des informations sur le syndicat Solidarność, à établir des contacts, à construire un réseau de sections dans différentes régions de France, à organiser des réunions publiques avec des militants du syndicat à Paris et en province ou des événements culturels, comme des concerts, dont les recettes alimentent le soutien au syndicat polonais. Participent à ce mouvement des syndicalistes français, principalement ceux de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), ainsi que des intellectuels polonais résidant de longue date en France, tels Georges Mink et Krzysztof Pomian, ou encore de passage, comme l’acteur Andrzej Seweryn.

Le 13 décembre 1981 se traduit en France par une vague d’initiatives de soutien aux Polonais, aussi bien matérielles que politiques. Tout le pays voit se créer des comités de collecte de dons et d’argent destinés à la Pologne. L’aide matérielle est également organisée par des organisations caritatives, comme le Secours catholique, ou des syndicats, principalement la CFDT, Force ouvrière (FO) et la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC). Dans ce contexte, Solidarité France Pologne crée le Bureau d’information et de liaison pour la Pologne (BIL, Biuro Informacji i Kontaktów na rzecz Polski), comme un espace favorisant les échanges d’informations sur les initiatives entreprises, notamment à travers la diffusion d’un bulletin hebdomadaire. Toutes les organisations engagées dans l’aide à la Pologne peuvent y adhérer. Parmi les membres du BIL, on compte notamment le Comité de coordination Solidarność en France, Médecins du monde, Médecins sans frontières, Solidarité avec Solidarność, la CFDT, FO, la CFTC, la Croix-Rouge française, le Comité de soutien des Polonais, le Comité des juristes pour les droits de l’Homme en Pologne.

Karol Sachs lors d’une manifestation Place des Invalides le 13 mai 1982. Photographie conservée dans le fonds de l’Association Solidarité France Pologne © Jean-François Noël.

En 1983, Solidarité France Pologne rejoint le Comité de coordination Solidarność en France dans sa condamnation du procès caricatural mené contre des membres du Comité de défense des ouvriers (Komitet Obrony Robotników). Ce soutien, à travers la diffusion d’informations sur le procès, traduit la volonté d’attirer l’attention de l’opinion publique française sur l’ensemble de l’opposition politique en Pologne, pas uniquement celle liée à Solidarność.

En liaison avec le Comité de coordination de Solidarność en France, l’ASFP met également en place une opération de parrainage afin d’apporter aux familles victimes de la répression un soutien moral et matériel (cette action concerne environ 800 familles polonaises). Elle organise enfin un soutien financier aux éditions clandestines dont Karta, CDN, NOWa, MOST, Kurs, Krąg, Rytm, Myśl, le financement de bourses, le soutien à la clandestinité en Pologne et l’installation des dissidents polonais immigrés en France.


Appel aux parrainages

En 1989, les négociations de la Table ronde ont lieu en Pologne, entamant un processus de changement de régime. À la veille des premières élections partiellement libres, l’Association organise, parmi ses actions les plus spectaculaires de cette période, le transfert de l’ancienne rotative que Le Monde offre à Gazeta Wyborcza, organe de presse de Solidarność, (journal qui fonctionne encore aujourd’hui mais non plus comme organe du syndicat). Après 1989, l’Association maintient son activité en privilégiant un soutien dans le domaine socio-économique (soutien à la Banque des initiatives socio-économiques, créée en 1990 à l’initiative du ministre du Travail et de la Politique sociale en Pologne et du Crédit Coopératif où travaille alors Karol Sachs, à la Fondation des initiatives socio-économiques et la Société des initiatives socio-économiques), un soutien au développement (programme « Poumons verts de la Pologne » dans les années 1990 qui vise le développement durable de la région du Nord-Est de la Pologne, programme « Territoires, Hommes, Produits » dont l’objectif est le développement des territoires ruraux et des produits régionaux) et le renforcement du mouvement associatif (soutien de la Fondation de Pologne, créée en 1990 sur le modèle de la Fondation de France, de la fondation Aide sociale SOS, des Banques alimentaires).

L’ASFP est toujours active aujourd’hui mais son action est désormais retreinte à de plus petits projets : cofinancement d’expositions d’artistes polonais en France et en Pologne, soutien financier aux divers projets associatifs et, depuis l’arrivée du parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir en 2015, soutien aux initiatives démocratiques en Pologne.

Le fonds d’archives

Les archives de l’Association Solidarité France Pologne, conservées dans leur intégralité et en bon état à la Société Historique et Littéraire Polonaise/Bibliothèque Polonaise de Paris  au 6 Quai d’Orléans à Paris, suivent un plan de classement raisonné, compte tenu du fait que l’ordre de production des documents a été difficile à reconstituer.

Le fonds est divisé en deux séries : la période 1980-1989 et la période 1990-2004. La date de début correspond à l’année de création de l’Association, celle de la fin à l’entrée de la Pologne dans l’Union européenne, même s’il existe des documents plus tardifs dans la mesure où l’Association existe toujours. La date d’intégration dans l’Union européenne a été choisie comme date butoir des archives, sur demande du conseil d’administration de l’Association. Elle correspond à l’objectif poursuivi de l’ASFP de rapprocher la Pologne et la France, ce qu’incarne l’intégration de la Pologne dans les structures européennes communes. De même, si l’année 1989 constitue la délimitation entre les séries, justifiée par le changement de régime en Pologne, certains documents de l’année 1990 viennent compléter un ensemble classé dans la série 1980-1989 (notamment la correspondance avec des sections de l’Association ou la coopération avec Gazeta Wyborcza).

Au cours de la première période d’existence de l’Association (1980-1981), les archives rassemblent des documents sur le fonctionnement et les contacts avec de nouvelles sections en régions ainsi qu’avec des personnes physiques et morales qui souhaitaient se joindre à son activité. Une partie du fonds contient la correspondance et les documents concernant le syndicat Solidarność, qui fonctionne encore dans la légalité, ainsi que des coupures de presse polonaise et française sur la situation en Pologne.

À partir du 13 décembre 1981, date de l’état de siège en Pologne, la collecte des archives s’ouvre à la correspondance entre différentes organisations et les sections de l’Association. Cette partie du fonds comprend également un grand nombre de lettres envoyées pour traduction du polonais au français par les « parrains » des familles polonaises dans le cadre de l’action de parrainage. Elle contient aussi des fiches permettant de resituer l’ensemble des familles parrainées et parrainantes.

Après 1989, dans la mesure où l’Association se tourne vers le développement d’initiatives communes franco-polonaises en vue de structurer la société civile, les archives s’élargissent aux documents concernant ces initiatives parmi lesquelles les programmes européens qui servent à leur financement, les comptes rendus des séjours en Pologne, etc. Le fonds contient (surtout la série II 1990-2004) des documents concernant également des organisations « amies », dont le Forum d’initiatives non-gouvernementales.

À l’exception de quelques documents en anglais, les archives sont rédigées en polonais et en français. Géographiquement, ils renvoient à l’ensemble de la France (c’est particulièrement marquant dans l’unité de la correspondance de l’ASFP avec ses sections régionales) et, parmi les pays étrangers, essentiellement à la Pologne.

Le fonds représente dix mètres linéaires et comporte 261 unités archivistiques, une unité équivalant à un dossier ou à un carton. Il existe également une documentation photographique, audiovisuelle (cassettes VHS et cassettes audio), cartographique et iconographique (notamment des affiches).

Afin de faciliter l’accès et l’usage de ses archives, l’ASFP a publié leur inventaire sous forme d’un ouvrage bilingue français-polonais (avec index par noms, appellations géographiques et institutions et indication des cotes), ouvrage dont la rédaction a été confiée à Magdalena Heruday-Kiełczewska, et qui a servi de support pour la présente note (voir bibliographie).

Ewa Tartakowsky
Chercheuse post-doctorante en sociologie, Institut des sciences sociales du politique

Bibliographie :

Boulte Patrick, Sachs Karol, Vinaver Krystyna, De Solidarność à l’entrée de la Pologne dans l’Union européenne. Un engagement citoyen, Paris, Solidarité France Pologne, 2008.

Frybes Marcin, Merci pour votre solidarité !, Varsovie, Instytut im. Adama Mickiewicza, Lech Majewski Studio, 2005.

Heruday-Kiełczewska Magdalena, Inventaire des archives de l’Association Solidarité France Pologne 1980–2004. Inwentarz archiwum Stowarzyszenia Solidarité France Pologne1980-2004, trad. du polonais par Ewa Tartakowsky, Paris, Association Solidarité France Pologne, Société historique et littéraire polonaise, 2013.

Kula Marcin, Niespodziewani przyjaciele, czyli rzecz o zwykłej ludzkiej solidarności, Varsovie, TRIO, 1995.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search