Fonds de La Ligue pour la défense des droits de l’homme en Roumanie (LDHR)

Le fonds de la Ligue pour la défense des droits de l’homme en Roumanie (LDHR) conservé à La Contemporaine1, réunit des documents concernant une des plus importantes et efficaces organisations de l’exil roumain à avoir fonctionné dans les années 1970 et 1980. Il s’agit d’un des rares fonds de la dissidence roumaine présent en France, la plupart étant rapatriés en Roumanie. Ce fonds permet de comprendre comment des membres de l’exil roumain à Paris se sont mobilisés pour faire connaitre les violations des droits de l’homme commises en Roumanie au temps de la Guerre froide.

Histoire de la Ligue pour la défense des droits de l’homme en Roumanie

En février 1977 est constitué à Paris le Comité pour la défense des droits de l’homme (CDHR) afin de soutenir l’écrivain et dissident roumain Paul Goma (1935-2020) qui lance, la même année, le premier mouvement pour le respect des droits de l’homme en Roumanie. Initialement, le rôle du CDHR est d’informer l’opinion publique internationale sur les revendications de l’écrivain roumain et la répression qui s’est abattue très rapidement sur l’ensemble des citoyens roumains ayant décidé de le soutenir. Rapidement, le Comité étend son action à la défense des mineurs grévistes de la Vallée du Jiu (1977), aux personnes persécutées pour leur foi religieuse et aux membres du premier Syndicat libre des travailleurs de Roumanie, SLOMR (1979). Le Comité devient, en 1979, la Ligue pour la défense des droits de l’homme en Roumanie (LDHR) afin de donner un statut juridique plus clair à l’organisation. Pour renforcer son action sur le plan international, la LDHR devient, en 1982, membre de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) et commence, à partir de 1983, à créer des sections dans d’autres pays européens. La Ligue fonctionne à Paris jusqu’au lendemain de la révolution roumaine.

Le CDHR, puis la LDHR, ont pour objectif de dénoncer les entorses aux droits de l’homme commises par la Roumanie et par conséquent de révéler l’écart qui existe entre l’image positive dont bénéficie cette démocratie populaire sur le plan international et les réalités de la politique menée sur le plan intérieur. De plus, la Ligue tente de servir de lien entre les divers individus, groupes, organisations et fédérations luttant pour le respect des droits de l’homme en Roumanie. L’information recueillie par la Ligue était transmise aux organisations internationales (Amnesty International, FIDH, Helsinki Watch), à la presse et aux gouvernements français et étrangers. Cela était réalisé par l’envoi de lettres, de communiqués de presse et de dossiers, par la publication d’articles dans des journaux, mais aussi par l’organisation de conférences de presse et de manifestations de rue.

Fonds LDHR, coll. La contemporaine

Les principales violations des droits de l’homme contre lesquelles la Ligue lutte comprennent le manque de liberté d’association, l’existence de prisonniers politiques, l’obstruction au regroupement familial, la disparition de dissidents et le développement d’une législation répressive. La Ligue se mobilise également pour soutenir et faire connaitre les luttes et les difficultés rencontrées par divers individus comme, par exemple, le père Gheorghe Caliciu Dumistrasa, Vasile Paraschiv ou Doina Cornea. Pour certains dissidents roumains, être connu de l’autre côté du rideau de fer était une garantie de sécurité, une protection contre la répression du régime communiste roumain. Plus les dissidents étaient connus à l’étranger, moins il était probable qu’ils disparaissent sans trace. La Ligue a joué un rôle majeur pour faire connaître ces dissidents.

Plusieurs Roumains résidant en France et quelques Français intéressés par les réalités des pays de l’Est étaient membres de la Ligue. Les plus actifs étaient Constantin Cesianu, Mihai Korne, Mihnea Berindei, Sanda Stolojan, Maria Brătianu, Marie-France Ionesco, Dan Bosnief-Paraschivescu, Anne et François Planche. Constantin Cesianu, ancien prisonnier politique venu en France en 1967, est le premier président de la Ligue, aidé par le trésorier Dan Bosnief-Paraschivescu et la secrétaire Maria Bratianu. Cette dernière est la seule à se maintenir à son poste pendant toute la durée d’existence de l’association. C’est également Maria Bratianu qui dépose les archives de la Ligue à La Contemporaine. En 1983, suite au décès de Constantin Cesianu, Sanda Stolojan devient la présidente de la LDHR. En 1991, Alexandru Paleologu lui succède. En 1988, Dan Bosnief-Paraschivescu est remplacé par Dinu Zamfirescu (1988-1992). Cette même année, Mihnea Berindei est élu vice-président de la Ligue, s’occupant des relations avec la presse. En 1989, la fille de Doina Cornea, Ariadna Iuhas Combes occupe l’autre fonction de vice-présidente de la Ligue.

Le fonds d’archives

Ce fonds (cote F delta 1915) a été déposé à La Contemporaine en 1999, par Maria Bratianu, la fille de l’historien George Bratianu et ancienne secrétaire de la LDHR. Les documents couvrent la période 1975-1990 mais concernent tout particulièrement les années 1980, quand les critiques contre la Roumanie et Nicolae Ceausescu, son dirigeant, prennent de l’ampleur au niveau international et que les actions de la Ligue rencontrent plus de succès. Très peu de documents crées par le CDGR ont été conservés et le fonds concerne surtout les activités de la Ligue. Majoritairement en français, mais aussi en roumain et en anglais, les documents (1396 pièces) sont repartis en 48 dossiers, dans huit boîtes, numérotés de 1 à 8 (environ un mètre linéaire).

L’information conservée est assez disparate et il est malheureusement souvent difficile d’identifier les auteurs des documents. C’est pourquoi il est compliqué de comprendre quelles étaient les dynamiques au sein de la Ligue. Les quatre premières boîtes, qui rassemblent les archives de l’association, permettent cependant de comprendre les actions pour lesquelles la Ligue s’est mobilisée et les moyens utilisés pour dénoncer le régime communiste roumain. Les deux premières boîtes sont les plus riches.

Partie 1 (cartons 1 à 4)

La boîte numéro 1 contient les statuts de l’association (1983) et des documents officiels distribués aux membres de la Ligue pour les informer des activités de l’association : comptes rendus des Assemblées générales et bulletins d’information. Ces derniers prennent souvent la forme de listes chronologiques accompagnées de courtes explications et sont très utiles pour comprendre quelles étaient les activités de la Ligue et comment la LDHR souhaite se présenter à ses membres. Les communiqués pour des conférences de presse, les télégrammes et les rares photographies sur les mobilisations de rue, également présentes dans cette boîte, donnent un aperçu de la mise en pratique des informations générales présentées préalablement.

La boîte numéro 2 réunit des documents sur des actions plus précises : lettres, discours, dossiers dénonçant les entorses aux droits de l’homme en général (regroupement familial, prisonniers politiques etc.), mais aussi traitant de cas précis (Paul Goma, SLOMR, Vasile Paraschiv Doina Cornea, très brièvement la systématisation du territoire, etc.), ainsi que la participation à des conférences internationales.

Partie 2 (cartons 5 à 8)

La deuxième partie des archives, boîtes numéros 5 à 8, regroupe une partie de la documentation réunie et utilisée par la LDHR. On y retrouve surtout des coupures de journaux et rapports d’organisations comme Amnesty et Helsinki Watch, ce qui permet surtout de prendre connaissance des aspects qui intéressaient la Ligue. Il est également possible, dans une moindre mesure, d’avoir des informations sur l’impact des activités de la Ligue, notamment à travers les articles de presse et rapports mentionnant la LDHR comme source de renseignements. Malheureusement, on ne retrouve pas de renseignements sur les autres sources d’information utilisées par la Ligue, notamment des retranscriptions de discussions avec des amis et membres de la famille vivant en Roumanie, des Roumains en visite en France, ou des renseignements transmis par les dissidents eux-mêmes (lettres, dossiers, etc.).

Beatrice Scutaru, National University of Ireland, Maynooth

Références bibliographiques

  • Scutaru Beatrice (2012), “The Romanian Anti-Communist Resistance: the League for the Defence of Human Rights of Romania from Paris (1979-1989)” dans Peter Jašek (dir.) Anti-Communist Resistance in Central and Eastern Europe, Ústav Pamäti Národa. Bratislava.
  • Béatrice Scutaru, « La Roumanie à Paris : exil politique et lutte anti-communiste », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 23, mai-août 2014
  • Scutaru Beatrice (2019), “Romania” dans Anna Mazurkiewicz (dir.) East Central European Migrations During the Cold War, De Gruyter, Berlin.

  1. L’inventaire du fonds est disponible sur le catalogue en ligne Calames []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search