Le 11 novembre 1940

Un billet de Robi Morder

Tract, 1940. Coll. La contemporaine

Le 11 novembre 1940, plusieurs milliers de lycéens et d’étudiants se rassemblent aux Champs-Elysées pour déposer des gerbes sur la tombe du Soldat inconnu à l’Arc-de-Triomphe. Depuis la fin octobre, alors que le statut de jour férié du 11 novembre est aboli et l’interdiction des rassemblements pour les cérémonies décrété, de manière non coordonnée, dans les facultés et les lycées des élèves font circuler des appels. L’on sait que circule dès le 5 novembre un tract, ronéoté, invitant chacun à en recopier le contenu. C’est le texte de ce tract qui figure dans un exemplaire, sur une feuille de cahier d’écolier, qui a « été trouvé dans le hall de la faculté de médecine par un membre de la BDIC [ancien nom de La contemporaine] qui, après en avoir usé, le donna à la BDIC».. On notera la discrétion du « après en avoir usé». Le document a été inventorié dans nos archives en 1958.  (voir dans Matériaux pour l’histoire de notre temps l’article d’Alain Monchablon, « Un tract en quête d’auteur » ).

Tract, 1940, Coll. La contemporaine

Parallèlement, Paul Langevin, professeur au Collège de France, co-fondateur en 1934 du Comité de vigilance antifasciste, a été arrêté par les Allemands. Se constitue un Comité de défense des professeurs et étudiants de l’Université de Paris qui appelle à un rassemblement de protestation le 8 novembre à 16 h, heure à laquelle Paul Langevin aurait dû donner son cours. Ce tract appelle également à organiser des « manifestations du souvenir » dans les établissements scolaires, mais pas à l’Arc-de-Triomphe. Le 8, les abords du Collège de France sont bloqués la police française et les militaires allemands, mais une cinquantaine d’étudiants communistes parviennent à manifester non loin, place de la Sorbonne. Si ces évènements du 8 novembre ne sont pas à l’origine des manifestations du 11 novembre, ils contribuent néanmoins à entretenir un climat propice à la mobilisation.

Le 11 novembre 1940 plusieurs milliers de jeunes sortant des lycées et des facultés arrivent en groupes. Ils sont violemment dispersés par la police française et l’intervention des militaires allemands. Il y eût quelques blessés, des arrestations par les Allemands. Les moins de 18 ans sont libérés le 4 décembre ; les autres sont astreints à se rendre chaque jour au commissariat. Il n’y eût en revanche pas de morts, contrairement à ce qui a été rapporté par Radio Londres ou les journaux clandestins et repris ensuite dans des conversations comme dans des correspondances, telle une lettre de Jean David du 23 novembre 1940 (fonds Barralis/UNEF).

Les facultés furent fermées quelques semaines jusqu’à Noël, le recteur Roussy remplacé par Jérôme Carcopino. Le 11 novembre étudiant et lycéen de 1940, de commémoration devient lui-même très vite objet de commémoration, dans la presse clandestine comme, par exemple, dans le « papillon » de 1941 et dans les tracts de 1942 et 1943 conservés dans les fonds de La contemporaine.

Pour aller plus loin :

Sur le 11 novembre 1940

Sur les étudiants dans la guerre et sous l’occupation

Dans Matériaux pour l’histoire de notre temps :

 



Citer ce billet
LC Admin (2020, 10 novembre). Le 11 novembre 1940. La contemporaine. Bibliothèque, Archives, Musée des mondes contemporains. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qr12

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search