L’Uruguay raconté par les Uruguayens

Le sociologue Alain Labrousse (1937-2016), a vécu en Uruguay 5 ans à la fin des années 1960. Il était professeur au lycée français de Montevideo. Un mouvement d’extrême-gauche partisan de l’action directe et de la guérilla urbaine (Movimiento de Liberacion nacional – Tupamaros) est alors en plein essor. En 1971, revenu en France, il publie Les Tupamaros : guérilla urbaine en Uruguay (éditions du Seuil). En 1985, année de la fin de la dictature (1973-1985), les prisonniers politiques – dont de nombreux Tupamaros – sont libérés. Alain Labrousse retourne alors en Uruguay interroger les “vieux” Tupamaros sur lesquels il a écrit sans les rencontrer. De cette année-là, il nous reste 5 entretiens.

Alain Labrousse y retourne ensuite plusieurs fois dans les années 2000 alors que le mouvement de guérilla devenu mouvement politique monte en puissance. D’abord en 2007, puis en 2008, et enfin en 2009, José Mujica (un des fondateurs du MLN) est alors candidat aux élections présidentielles. Il souhaite en effet les interroger sur leur propre vécu et raconter “une histoire des Tupamaros” “par eux-mêmes” dans un nouveau livre.

Les entretiens nourrissent ce nouveau livre publié en 2009, coll. La contemporaine.

L’Uruguay d’hier et d’aujourd’hui par les Uruguayens

En y retournant dans les années 2000, Alain Labrousse rencontre à nouveau certains Tupamaros qu’il avait vus en 1985 et de nombreux autres, devenus aujourd’hui des personnalités politiques ou restés anonymes. Il interviewe aussi d’autres Uruguayens pour avoir leur propre analyse de la situation (le journaliste Raul Rodríguez, l’historienne Clara Aldrighi, le chanteur-compositeur Daniel Viglietti…). Il rencontre aussi des syndicats ouvriers (le syndicat d’une verrerie et celui d’une industrie sucrière) et divers collectifs (par exemple le CRYSOL, association d’ex-prisonniers politiques uruguayens). Enfin, il enregistre aussi certains événements publics comme une mateada (réunion publique organisée dans la rue par le MLN en buvant du maté).

Ces entretiens sont riches en informations et très variés. Certains parlent quasi exclusivement de leurs parcours personnel (et en disent ainsi beaucoup sur l’histoire de l’Uruguay et du MLN en tant que guérilla). D’autres parlent au contraire beaucoup plus de la politique actuelle (avec ou sans son évolution) sans trop vouloir s’attarder sur leur histoire personnelle. Il y en a qui parlent tout seuls et ceux à qui Alain Labrousse doit poser des questions. Certains semblent se rappeler de tout alors que d’autres ne se souviennent plus des dates ou ont d’énormes trous de mémoire. Il y a ceux qui transforment l’histoire a posteriori et ceux – comme Amir Kimal – qui insistent sur le fait que le temps qui a passé a forcément transformé les souvenirs.

Évolution politique, historique, économique, sociale : ces entretiens (73 heures d’enregistrement) en apprennent autant sur l’histoire de l’Uruguay d’hier, notamment pendant la dictature, que sur les années 2000.

Laetitia Pasquier, La contemporaine



Citer ce billet
LC Admin (2020, 2 juin). L’Uruguay raconté par les Uruguayens. La contemporaine. Bibliothèque, Archives, Musée des mondes contemporains. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqzr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search