Guide sur les archives orales : présentation

CC0

Réalisé par Julie Lavielle, docteure en science politique, Université Paris Nanterre, avec Céline Lèbre, La contemporaine.

Réalisé dans le cadre du projet CollEX-Persée« Réseaux pluridisciplinaires et pratiques documentaires : les transitions politiques en Amérique latine des années 1960 aux années 2000 »  porté par La contemporaine et l’IHEAL en lien avec le GED Condorcet et l’Institut des sciences sociales du politique, ce guide a pour objectif de donner aux chercheurs en sciences humaines et sociales des conseils pratiques concernant la collecte, le dépôt (Le terme de dépôt est employé dans son sens général, bien que d’un point de vue juridique il soit distinct du don (voir fiche 5)) et l’utilisation des archives orales. Il se base sur les résultats d’une enquête menée auprès d’un échantillon de chercheurs, enquête dont les résultats sont présentés ici (partie 1) et ici (partie 2).

Les entretiens issus de cette enquête ont mis en évidence les nombreuses incertitudes des chercheurs vis-à-vis des archives orales : difficultés à identifier les fonds existants, scepticisme quant à l’intérêt scientifique d’utiliser des corpus oraux déjà constitués, réticence vis-à-vis du dépôt de leurs propres archives, manque d’information quant aux aspects techniques, éthiques et juridiques de la collecte et du dépôt des archives… Une part des incertitudes exprimées s’explique par la méconnaissance du travail mené par un nombre croissant d’institutions (laboratoires de recherche, bibliothèques, centres d’archives) sur la conservation et la mise à disposition d’archives orales. Ce guide a ainsi pour ambition d’informer les chercheurs, doctorants et chercheurs plus confirmés, sur le panel de pratiques qui s’offre à eux concernant la collecte et la gestion des archives orales ainsi que de la documentation qui les accompagne. Les questions afférentes à la méthodologie de l’entretien en sciences humaines et sociales (constitution du panel des enquêtés, élaboration de la grille d’entretien) en sont donc exclues.

Dans un contexte où les chercheurs sont de plus en plus encouragés à ouvrir les données de leurs recherches (loi pour une République numérique, directives européennes sur l’open research data et l’open access, loi du 28 décembre 2015 relative à la gratuité et aux modalités de la réutilisation des informations du secteur public) et où la loi qui encadre leur mise à disposition est de plus en plus précise, les conseils qui suivent peuvent les aider à clarifier leur rapport aux données qu’ils collectent. La science ouverte, qui consiste à « rendre accessibles autant que possible et fermés autant que nécessaires » les résultats de la recherche, invite en effet les chercheurs à trouver un équilibre entre le partage des données issues de la recherche publique et la protection des témoins qui participent à cette recherche.

Ce guide souhaite aussi dépasser la question juridique, qui a fait l’objet de nombreuses publications[2] et mettre l’accent sur l’existence d’une pluralité de possibilités quant à la collecte et au dépôt des archives. Les lois qui sont parfois perçues comme des entraves à la liberté de la recherche s’avèrent utiles aux chercheurs pour réfléchir à leur matériau et à l’ouverture de leurs données à des regards extérieurs, scientifiques ou profanes. Les professionnels de l’information scientifique et technique ont un rôle central à jouer pour accompagner les chercheurs dans cette réflexion sur la collecte et le partage de leurs archives. Ils peuvent apporter un gain de temps considérable aux chercheurs en les informant sur les précautions techniques et en attirant leur attention sur la normalisation des données issues de la recherche. En faisant dialoguer le point de vue du chercheur avec celui de l’archiviste, ce guide a pour ambition d’apporter des réponses concrètes aux doutes des chercheurs quant au dépôt de leurs archives orales : il s’agit de voir que leurs archives orales peuvent être appréhendées comme des sources classiques qui peuvent alimenter d’autres recherches. Se poser très en amont la question d’un dépôt éventuel peut aider le chercheur à inscrire les aspects juridiques et techniques dans sa méthode de travail.

À travers ces fiches, ce guide met également en évidence la complémentarité entre les plateformes de dépôt mises en place au niveau national, HAL (Hyper articles en ligne est une archive ouverte pluridisciplinaire destinée au dépôt et à la diffusion d’articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, et de thèses, émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés) et CocoON (CoCoON pour « COllections de COrpus Oraux Numériques » est une plateforme technique qui aide les producteurs de ressources orales, à créer, structurer et archiver leurs corpus. La majorité des corpus qui y sont jusqu’à présent déposés sont issus de recherches effectuées en linguistique) principalement, les centres d’archives, et les bibliothèques. Ces dernières n’interviennent pas dans le stockage et le partage des résultats de la recherche mais peuvent en revanche jouer un rôle dans l’accompagnement des chercheurs en ce qui concerne la production et le partage des matériaux objets de leur recherche (archives orales, documentation constituée dans ce cadre).

Le guide se décline sous forme de fiches de synthèse, correspondant aux différentes étapes de la recherche, qui répondent aux questions des chercheurs quant aux informations techniques et juridiques concernant les archives orales. Il évoque les pratiques que les chercheurs peuvent mettre en place dans la construction, le traitement et le dépôt des archives orales et les actions menées par les bibliothèques dans l’accompagnement au dépôt et dans la valorisation des archives. Il montre que derrière l’apparence rigide des lois et des règlements qui encadrent la collecte de données, une diversité de pratiques peut être mise en place en concertation avec les professionnels de l’information scientifique et technique. Il espère ainsi lever les obstacles qui font barrage au dépôt et au partage des archives orales.

Fiches et annexes qui regroupent un certain nombre de liens utiles ont vocation à être régulièrement actualisées et enrichies. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Sommaire

Fiche 1 – Quels outils et matériel dois-je utiliser pour réaliser mes entretiens ?

Fiche 2 –  Comment puis-je organiser les données que je collecte lorsque je réalise mon enquête de terrain et assurer leur sauvegarde ?

Fiche 3 – Quelles précautions éthiques prendre pour collecter les données concernant les enquêtés ?

Fiche 4 –Quel est le statut juridique des entretiens produits ? Faut-il établir un contrat entre le chercheur et l’enquêté ? 

Fiche 5 – L’enquête est terminée : ai-je intérêt à déposer mes archives orales dans un établissement documentaire ?

Fiche 6 – Le chercheur souhaite déposer ses archives orales : où déposer ? quels matériaux déposer ?

Fiche 7 – Comment protéger les données lorsque je dépose et partage mes archives orales ?

Fiche 8 – J’ai constitué un corpus d’entretiens il y a quelques années sans avoir pensé à la possibilité de le déposer : puis-je le déposer ?

Fiche 9 – Quels sont les services proposés par la bibliothèque pour m’accompagner dans ma démarche de dépôt ? 

Fiche 10  – Comment les établissements documentaires participent-ils à la valorisation de la recherche ?

Fiche 11 – Comment les archives orales que je dépose peuvent-elles être réutilisées par d’autres chercheurs ?

Catalogues et plateformes d’archives orales : liste indicative

Archives orales sur l’histoire contemporaine de l’Amérique latine

Bibliographie et sitographie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search