Fiche 1 — Quels outils et matériel dois-je utiliser pour réaliser mes entretiens ?

Cette fiche fait le point sur les bonnes questions à se poser avant d’entamer la réalisation et l’enregistrement des entretiens.

CC0

1. Enregistrement audio ou vidéo ?

Le choix entre le format audio et le format vidéo n’a pas de conséquence sur le traitement qui sera fait de l’archive orale par l’archiviste. Juridiquement, seul le droit à l’image disparaît avec un enregistrement sonore. Le chercheur est donc libre dans son choix.

Le choix du format vidéo peut être privilégié pour plusieurs raisons :

  • Lorsque le chercheur souhaite intégrer à son analyse les postures de l’enquêté à son analyse
  • La vidéo permet au chercheur d’utiliser des objets (photographies par exemple) pouvant être des supports pour l’analyse (Dos Santos & Lavabre, 2017)
  • Si le chercheur envisage une valorisation ultérieure des entretiens à travers la réalisation d’un documentaire ou d’une exposition virtuelle

Le format vidéo facilite l’appropriation des entretiens par des personnes extérieures. Cela s’avère particulièrement pertinent lorsque l’entretien est long.

Le choix pour le format audio peut être motivé par plusieurs raisons :

  • l’audio peut être jugé moins envahissant pour le témoin
  • l’audio est plus simple à collecter et moins lourd à stocker
  • les contraintes logistiques (coût et transport du matériel) sont moins fortes
  • les contraintes techniques sont moins nombreuses. Au moment de la captation, installer une caméra est plus complexe qu’un dictaphone numérique : cadrage, variation de la lumière naturelle, branchement du micro, placement des micros…

2. Quels sont les aspects techniques à prendre en compte ?

Quel que soit le format envisagé, il est nécessaire de prendre en main son matériel, de faire des tests d’enregistrement et de vérifier le niveau de batterie du matériel. Si le chercheur envisage ultérieurement de déposer ses archives dans un centre documentaire, il est conseillé de se renseigner sur les formats acceptés et sur leur compatibilité avec les formats couramment pris en charge par le matériel utilisé.

Lors de l’enregistrement, plusieurs éléments sont à considérer :

  • le nombre de personnes interrogées et donc le nombre de micros nécessaires
  • les parasitages liés au lieu d’enregistrement et pouvant nuire à l’exploitation des entretiens par le chercheur et à un éventuel dépôt ultérieur. Il faut ainsi arbitrer entre la qualité du son et de l’image que l’on collecte, qui nécessite parfois un matériel intrusif, et un contexte d’enregistrement qui facilite la parole
  • le câblage et les accessoires nécessaires (pieds de micro, perche, bonnette), la compatibilité du matériel avec l’environnement (tropical par exemple).

3. Matériel pour enregistrer

  • Analogique/numérique

Les établissements documentaires peuvent accueillir des archives anciennes enregistrées sur un format analogique (sur cassette) lorsqu’elles disposent des appareils de lecture pour écouter le contenu afin de juger de sa cohérence avec les fonds existants (voir fiche 5), puis pour le numériser et le restaurer si les archives sont acceptées. Il faut également que les établissements bénéficient des moyens nécessaires à la numérisation et puissent assurer les conditions matérielles nécessaires à la conservation des supports analogiques.

L’enregistrement numérique est davantage utilisé par le chercheur. Le dictaphone est peu à peu remplacé par le smartphone, outil qui fait aussi office d’appareil photo et de caméra, s’avérant pratique sur le terrain. Quel que soit le type d’outil utilisé, l’enregistrement numérique implique de veiller à effectuer rapidement une sauvegarde sur un ordinateur afin de ne pas laisser les entretiens sur un seul support (voir fiche 2).

  • Les formats des entretiens

Plusieurs éléments sont à prendre en compte pour choisir le format le plus adéquat. Si les entretiens sont réalisés dans le cadre d’un programme de recherche, le chercheur doit se renseigner sur les consignes qui encadrent le processus de collecte. Si le chercheur est indépendant, il peut se référer aux préconisations émises par le Centre Information National de l’Enseignement Supérieur (CINES) et la TGIR Huma-num. À titre d’exemple, voici les formats acceptés par La contemporaine, qui reprennent ces recommandations :

 Formats audioFormat vidéo
Formats préconisésWAV, AIFF, FLAC, OGGMPEG-4, OGG, MKV
Formats tolérés (acceptés sous conditions)MP3, WMAAVI, MOV

Afin d’assurer une conservation optimale, et dans la perspective d’un dépôt éventuel, il est recommandé de conserver les enregistrements dans leur état numérique et sans compression. En effet, plus les taux de compression seront élevés moins la qualité du contenu pourra être assurée lors des opérations de conservation.

Bibliographie

Baude, Olivier et al., Corpus oraux, guide des bonnes pratiques, CNRS Editions, Presses Universitaires Orléans, 2006.
Dos Santos Irène et Lavabre Marie-Claire, « A la recherche des rapports ordinaires au passé. L’iconographie comme méthode d’enquête. » dans Christine Pina, Eric Savarèse (eds.), La politique par l’image : iconographie politique et sciences sociales, Paris, L’Harmattan (coll. « Logiques politiques »), 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search