Fiche 5 – L’enquête est terminée : ai-je intérêt à déposer mes archives orales dans un établissement documentaire ?

CC0

Les chercheurs qui s’inscrivent dans une optique de partage de leur recherche demeurent parfois réticents à déposer les archives qui sont issues de leurs enquêtes. Le partage des données doit en effet être replacé dans le contexte concurrentiel de la recherche : un jeune docteur sera par exemple réticent à partager ses données tant qu’il ne les a pas exploitées à travers des publications et que ses recherches n’ont pas été reconnues. Dans ce cas, le dépôt des archives peut être envisagé un certain temps après l’enquête. Beaucoup de chercheurs craignent également qu’un dépôt contrevienne à la protection des données personnelles et des informations sensibles qui peuvent être contenues dans les entretiens. Cette fiche a vocation à expliquer en quoi le dépôt ou le don d’archives peut être intéressant pour le chercheur afin que chacun puisse formuler un choix éclairé en fonction de son statut et de ses thématiques de recherche.

1. Déposer ses archives orales : quel intérêt ?

Le dépôt des archives orales est une pratique qui peut être utile pour le chercheur à plusieurs égards.

  • En assurer la conservation

Les établissements documentaires de recherche sont des institutions qui ont une longue expérience dans la préservation des archives. Le dépôt ou le don dans un établissement documentaire est une manière de s’assurer que les archives seront préservées dans des conditions de conservation optimales et dans une perspective de long terme (voir fiche 2). Elles ont ainsi vocation, comme les archives écrites, à être des sources pour les historiens du futur.

  • En assurer une accessibilité contrôlée

Déposer ses archives orales dans un établissement documentaire garantit au chercheur de pouvoir produire en cas de besoin la source à partir de laquelle il a conduit son travail de recherche. Cela rend possible aussi de nouvelles recherches qui éclaireront le matériau déposé à l’aune de nouveaux questionnements (voir fiche 11). Si on l’envisage comme une pratique qui tendrait à devenir systématique, la mise à disposition des archives orales issues de la recherche peut participer, à terme, à faire apparaître des ensembles thématiques ou régionaux de données collectées par des milieux scientifiques qui souvent s’ignorent (Cribier, 2003, p. 13). Enfin, les archives orales complètent les archives écrites, en donnant accès au vécu des individus ordinaires dont l’expérience n’a pas été retranscrite à l’écrit : elles enrichissent le panel de sources mises à disposition des chercheurs par les établissements documentaires.

Pour répondre aux inquiétudes des chercheurs concernant la protection des données personnelles et des informations sensibles que contiennent leurs entretiens, il est également important de rappeler que cela n’entraîne pas automatiquement une mise à disposition. Des délais de communication peuvent être instaurés, et l’accès aux archives orales par une personne désireuse de les consulter reste conditionné par l’accord de l’établissement documentaire et du chercheur s’il le souhaite.

2. Donner ses entretiens : quelles implications ?

Généralement les chercheurs déposent leurs archives sous la forme d’un don qui fait l’objet d’une convention entre l’établissement documentaire et lui-même. Il fait l’objet d’une convention entre le donateur et l’établissement documentaire, qui devient propriétaire des archives données.

Le chercheur qui dépose ses archives dispose d’un droit moral inaliénable, imprescriptible et perpétuel. Ce droit renvoie aux droits de paternité, de respect de l’œuvre, de retrait et de repentir. Le chercheur dispose également de droits patrimoniaux concernant la reproduction et la présentation des archives, qui seront négociés avec l’institution dans laquelle il dépose. Les enquêtés qui ont participé aux entretiens disposent également de droits sur les archives (voir fiche 4). 

Concrètement, le chercheur qui dépose ses archives orales peut en garder une copie. Il veillera à fournir les fichiers originaux afin que l’établissement documentaire dispose de fichiers de bonne qualité.

Dans certains cas le chercheur préfère plutôt faire un dépôt qui dans un sens strict, est à distinguer du don. Il fait l’objet d’une convention de dépôt pour une durée limitée qu’il choisit de renouveler ou pas à son expiration. Cette formule, plus contraignante à la fois pour l’établissement et le donateur, est de ce fait moins répandue. Le don est en général choisi, quand l’établissement assure toutes les garanties relatives à la conservation et à la mise à disposition à des fins de recherche.

Bibliographie

Cribier, Françoise, Rapport sur la sauvegarde des données qualitatives des sciences sociales, Rapport présenté au Ministère délégué à la Recherche et aux nouvelles technologies, Paris, avril 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search