Fiche 6 – Le chercheur souhaite déposer ses archives orales : où déposer ? Quels matériaux déposer ?

CC0

1. Que peut-on déposer et où peut-on déposer ?

L’institution où les matériaux issus de la recherche peuvent être déposés dépend de plusieurs éléments.

  • Type de matériau

Les archives orales font partie d’un vaste ensemble de matériaux issus de la recherche. Selon leur thématique de recherche et l’ensemble des sources disponibles sur le terrain, les chercheurs peuvent en effet accompagner leurs archives orales de la documentation écrite collectée. Avoir une vision d’ensemble des matériaux dont ils disposent leur permettra de faire un tri pour identifier les archives qu’ils souhaitent déposer.

les résultats de la recherche : le développement de la science ouverte invite de plus en plus les chercheurs à déposer leurs comptes rendus de recherche, manuscrits et tapuscrits d’articles et/ou d’ouvrages, épreuves, preprints, versions numériques des ouvrages et articles peuvent être déposés sur la plateforme HAL-SHS, qui assure un accès gratuit aux résultats de la recherche scientifique publique. Cette plateforme met à disposition des documents produits par la recherche dont le niveau scientifique attendu est celui d’une publication soumise dans une revue à Comité de lecture.

les archives du travail de recherche : notes de travail, carnets de terrain, rapports produits par le chercheur. Ces documents n’ont pas vocation à être déposés sur la plateforme HAL-SHS. Pour déterminer un lieu de dépôt, le chercheur doit se renseigner sur les possibilités et/ou les obligations liées au dépôt de son institution de rattachement (laboratoire, université, Groupement d’Intérêt Scientifique).

– la documentation écrite collectée : presse, plaquettes, fascicules, littérature grise (rapports, études). Ces documents peuvent être déposés dans des établissements documentaires et des centres d’archives. Le dépôt assure une conservation des documents dans de bonnes conditions, une valorisation à travers leur intégration dans les catalogues des fonds documentaires des institutions et ouvre la possibilité à de nouvelles utilisations de cette documentation par les usagers.

les archives orales : en fonction des possibilités offertes par l’institution de rattachement du chercheur, de son statut et du choix personnel du chercheur, les archives orales issues de la recherche peuvent être déposées dans des établissements documentaires ou sur des plateformes numériques telles que CoCoON. Ce programme propose de mettre en valeur les corpus oraux issus de la recherche à travers l’utilisation des licences creative commons (réutilisation des données), de l’élaboration de métadonnées moissonnables par d’autres moteurs de recherche et une exposition sur le web de données.

  • Environnement de recherche

L’environnement institutionnel dans lequel évolue le chercheur détermine le panel de possibilités qui s’offrent à lui s’il souhaite déposer ses matériaux. Par exemple, il sera difficile pour un jeune docteur qui n’a pas de rattachement institutionnel ou pour un chercheur dont l’institution de rattachement n’a pas de politique de mise en ligne sur CoCoON, de déposer ses archives orales sur cette plateforme. Il faut par ailleurs vérifier les contraintes concernant les possibilités de dépôt et de partage des données qui sont liées aux programmes de recherche plus généraux (ANR, Labex, H2020) dans lequel peut s’inférer le projet mené par le chercheur.

  • Niveau de visibilité que le chercheur souhaite donner à ces matériaux

Le dépôt des archives orales peut être motivé par plusieurs raisons : stocker les archives dans un espace sécurisé, les rendre consultables par des chercheurs ou par un public plus vaste, immédiatement ou seulement après un délai. En fonction de ces différents « degrés » d’ouverture désirés, le lieu où le chercheur déposera ses archives sera différent.

Une plateforme telle que CoCoON est accessible uniquement par les chercheurs et n’accueille que des archives orales. Une fois déposées dans CoCoON, les archives sont réexploitables et leurs métadonnées moissonnables par d’autres structures, ce qui les rend visibles sur d’autres plateformes dédiées à la recherche (Isidore par exemple).

Un dépôt dans un établissement documentaire offre l’avantage de pouvoir accompagner les archives orales de la documentation écrite collectée et de différencier l’accès en ligne (comme dans CoCoON par exemple) de l’accès sur place dans les locaux de l’établissement. L’accès sur place est généralement limité aux usagers inscrits comme lecteurs et il peut être conditionné à la présentation d’une demande de consultation spécifique justifiant la demande. La visibilité des archives est également accrue car leur descriptionest accessible via les moteurs de recherche classiques. Par exemple, le travail de référencement des données du catalogue CALAMES leur assure une visibilité sur les moteurs de recherche.

2. Comment trouver un établissement documentaire où déposer les archives orales ?

Une fois que le chercheur a clarifié quelles étaient les contraintes et les possibilités offertes par l’environnement institutionnel dans lequel il travaille, les options de dépôt liées au type de matériau et le degré de visibilité qu’il veut donner à ses archives, il peut décider de les déposer dans un établissement documentaire. Plusieurs critères orientent ensuite le choix de l’institution dans laquelle le chercheur va déposer ses archives :

  • Les liens avec les thématiques couvertes par les collections de l’institution. Les informations concernant les orientations thématiques et la nature des fonds présents dans l’institution qui permettent au déposant de situer l’environnement documentaire dans lequel ses productions pourront le mieux s’insérer et être mises en valeur, sont exposées le plus souvent dans la charte documentaire de l’établissement. À titre d’exemple, celle de La contemporaine précise les axes thématiques de la bibliothèque (Guerres et conflits, Exils et migrations, Empires coloniaux et décolonisations, Mobilisations citoyennes et droits de l’homme), ainsi que la couverture géographique.
  • Les services offerts par l’établissement pour valoriser les archives : journées d’étude, publications, enseignement, outils de valorisation en ligne (voir fiche 10)

Pour avoir un aperçu des institutions accueillant les archives orales issues de la recherche en sciences humaines et sociales, voir la liste indicative des « Catalogues et plateformes d’archives orales ». Les archivistes et les bibliothécaires sont aussi des acteurs clés qui peuvent aider le chercheur à identifier l’établissement le plus pertinent dans lequel ils peuvent déposer leurs archives et leur documentation.

3. Les informations à fournir

  • Documentation et métadonnées

Le dépôt d’archives orales dans une institution patrimoniale repose sur le principe que ces archives doivent être compréhensibles et accessibles par un tiers. Une bonne description des archives leur assure une bonne visibilité et permet à d’autres chercheurs de les exploiter. Il est donc nécessaire de décrire clairement le contexte dans lequel les archives ont été produites. Ce travail de description sera plus aisé si le recensement des informations recueillies et la structuration des données sont faits au moment de l’enquête et a bénéficié des conseils des archivistes de l’établissement documentaire où le chercheur envisage de déposer ses entretiens (voir fiche 2). Deux éléments permettent cette contextualisation :

  • La documentation qui renseigne sur le contexte de production, le contenu et la structure des archives : objectifs et hypothèses du projet de recherche, méthode de collecte
  • Les métadonnées (« données sur les données » qui décrivent les caractéristiques des données collectées : auteur, date, lieu, durée, format… (voir fiche 2)

À titre indicatif, voici un tableau qui synthétise les métadonnées à fournir lors d’un dépôt. Ce tableau peut être utile pour organiser l’information dès le processus de collecte, que le chercheur envisage un dépôt ou non :

 Entretien 1Entretien 2Etc.
Nom de l’enquêté   
Date de l’entretien   
Lieu de l’entretien   
Lieu et date de naissance   
Profession   
Durée   
Date de la signature de l’autorisation   
Nom de l’enquêteur   
Matériel d’enregistrement   
Supports de sauvegarde   
Autres personnes présentes   
  • Liste des abréviations et des sigles

Le chercheur pourra également fournir un document où il explique les abréviations et les sigles employés dans les entretiens et la documentation issue de l’enquête afin de faciliter leur consultation ultérieure (noms des partis politiques par exemple).

Bibliographie

Demange, Julie, « Gérer les données de la recherche, de la création à l’interopérabilité », 14 octobre 2015 (lien)
Müller, Bertrand,  « Data Archive : documentation et métadonnées », 15 août 2011 (lien)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search