Fiche 9 — Quels sont les services proposés par la bibliothèque  ?

En déposant ses archives orales dans un établissement documentaire, le chercheur assure une conservation sécurisée de ses entretiens et s’inscrit dans l’idée que les entretiens qu’il dépose ne sont pas réductibles à l’usage qu’il en a fait. Le personnel en charge de l’accueil du fonds a un rôle central dans la transformation des archives orales du chercheur en documents consultables et utilisables par d’autres personnes. Le chercheur aura en effet tendance à classer les archives de manière trop restrictive, avec des catégories trop étroites qui procèdent déjà de l’analyse et qui limitent la liberté des futurs usagers en contraignant leur point de vue (Baude et al., 2006 : 95). Il faut en quelque sorte transformer, recoder, traduire l’archive orale telle qu’elle a été déposée dans un format qui lui permet d’être appréhendable par tout le monde. Cette fiche explique les différentes étapes de cette « transformation » de l’archive orale qui s’opère lors du dépôt et qui suppose une collaboration étroite entre le chercheur et l’archiviste.

CC0

1. Aspect technique

L’archive orale fait tout d’abord l’objet d’un traitement technique qui a deux objectifs. Le premier est la conservation des fichiers originaux et leur insertion dans la chaîne de conservation et de traitement des documents. Cette étape nécessitera peut-être des transferts de support ou des conversions numériques (voir fiche 1). Le fichier est renommé pour être intégré dans le plan de reclassement des archives de l’institution et ensuite copié : une version sera stockée dans un serveur à des fins de conservation pérenne. Le deuxième objectif est la mise à disposition. Une deuxième version dans un format de fichier adapté sera consultable par les usagers.

2. Aspect documentaire

  • Les services couramment proposés

Un travail documentaire sur les archives orales qui ont été déposées. Une description, le plus souvent archivistique, du fonds est produite. Cette description respecte des normes internationales en vigueur dans tous les centres d’archives qui structurent l’organisation de la notice. Son objectif est d’être publiée et consultable librement en ligne via l’interface de l’institution et d’être accessible aussi par les catalogues collectifs nationaux largement consultés dans le monde, quand l’institution contribue à ce type de catalogues. La contemporaine décrit ses collections d’archives orales dans le catalogue collectif national CALAMES. Leur description est donc accessible par l’interface du catalogue national et par celle du catalogue local de la bibliothèque. D’autres bibliothèques du réseau CollEx-Persée font de même. La notice peut conserver l’anonymat de l’enquêté si le chercheur en formule la demande.

Cette description comprend les informations suivantes :

– date de réalisation de l’entretien
– langue
– description physique du fichier : format, durée, poids
– description générale : lieu de l’entretien, nom de l’interviewer, du caméraman si l’archive est filmée
– biographie ou histoire de l’enquêté (si non anonyme, à adapter selon les projets)
– information sur le traitement : qui a participé à la description de l’archive
– producteur du fonds
– auteur
– participants
– sujet : mots clés
– lieu de production
– rappels sur les conditions d’accès et d’utilisation des documents

Un travail sur la visibilité des entretiens, qui peut passer par la diffusion d’informations sur ces entretiens ou la diffusion d’extraits (pour des raisons juridiques). Les établissements documentaires disposent de différents outils pour faire connaître la présence d’un ensemble d’entretiens dans leurs collections : catalogue le plus souvent mais aussi dans certains cas bibliothèque numérique (mise en ligne d’extraits avec le consentement des parties), site web et réseaux sociaux.

Un accompagnement dans l’utilisation et l’exploitation des entretiens : données descriptives, modalités d’accès aux entretiens,…

Exemple de valorisation des archives orales sur les réseaux sociaux via le compte Twitter de La contemporaine :

  • Services enrichis éventuels

Les établissements documentaires peuvent proposer d’autres services qui requièrent un travail conséquent et ne sont donc possibles qu’avec un financement spécifique. Parmi ces services éventuels :

– Transcription de l’entretien
– Sous-titrage lorsque l’entretien est effectué dans une langue étrangère
– Séquençage qui établit un chapitrage précis des thèmes abordés et qui permettra à la personne qui consulte l’entretien de se repérer et éventuellement d’accéder directement à la thématique qui l’intéresse.

Exemple de notice Calames du fonds de l’Association d’Ex-Prisonniers Politiques Chiliens conservé à La contemporaine:

Bibliographie

Baude, Olivier et al., Corpus oraux, guide des bonnes pratiques, CNRS Éditions, Presses Universitaires Orléans, 2006.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search