Fiche 10 — Comment les établissements documentaires participent-ils à la valorisation de la recherche ?

Les bibliothèques et plus généralement les institutions patrimoniales ont un rôle de diffusion de la recherche vers des publics variés, chercheurs et non spécialistes. Si le chercheur qui dépose ses archives est disposé à s’investir dans la valorisation de ses recherches, il peut développer des projets en collaboration avec l’établissement documentaire dans lequel il dépose ses archives. Cette fiche présente des exemples d’actions de valorisation mises en place grâce à une collaboration entre le chercheur et les établissements.  

Séminaire Les archives et les sources audiovisuelles de la solidarité internationale avec le Chili, 2017

1. Actions de valorisation

Les collectes ou programmes de recherche autour des archives orales peuvent s’accompagner de différents types d’action de valorisation : organisation de journées d’étude ou colloques mais aussi dans certains cas inscription dans la programmation culturelle de l’établissement dépositaire des entretiens. En voici quelques exemples :

  • Séminaires et journées d’étude

Les exemples sont nombreux de colloques ou journées d’étude en relation avec les archives orales. Les deux exemples ci-dessous associent chercheurs et établissement documentaire.

Séminaire « Les archives et les sources audiovisuelles de la solidarité internationale avec le Chili », La contemporaine (2015 — 2017).

En 2014, La contemporaine a entamé une campagne de collecte de témoignages et d’histoire orale avec l’Association des ex-prisonniers politiques chiliens en France. À la suite de cette collecte, l’historienne Caroline Moine a impulsé l’organisation d’un séminaire réunissant des chercheurs en sciences humaines et sociales, des archivistes, des journalistes, cinéastes et témoins afin de cartographier les différents lieux de conservation des archives, les projets de collecte en cours et les nouvelles collectes à impulser de sources audiovisuelles, écrites et iconographiques. De 2015 à 2017, ce séminaire s’est intéressé au rôle des archives orales dans la transmission mémorielle des mouvements de solidarité internationale et dans l’écriture de l’histoire des mobilisations (Moine, 2017 : 46).

Colloque « Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie », Institut Français du Proche-Orient, Institut français du Liban, Aix-Marseille Université, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, ANR Shakk

Ce colloque a eu lieu les 29 et 30 mai 2019 et proposait d’engager une réflexion sur l’exploitation scientifique et la valorisation des « nouvelles » archives numériques qui ont été constituées dans/sur ces pays et d’engager un dialogue entre les différents acteurs qui s’intéressent ou se sont intéressés à ces données, leur collecte et leur archivage avec un focus sur l’image, l’audiovisuel et le web. [compte-rendu en ligne sur le blog de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme ].

  • Conférences

Les lundis de l’INA

Chaque lundi, l’Inathèque organise « Les lundis de l’INA »  sur ses collections : après une première partie où un spécialiste de l’INA présente un fonds, un support matériel ou un secret de conservation, un invité intervient sur un thème donné, en s’appropriant des documents d’archives et en les contextualisant au regard de sa spécialité.

  • Expositions

Les institutions patrimoniales valorisent régulièrement leurs fonds à travers des expositions physiques ou virtuelles. Selon la thématique de l’exposition, les fonds présentés peuvent inclure des entretiens, présentés selon les cas dans leur intégralité ou sous forme d’extraits, s’accompagnant parfois d’un travail de montage spécifique pour le projet d’exposition. Il sera alors nécessaire de présenter l’archive retravaillée à l’enquêté et de lui demander son accord pour l’utilisation de cet entretien dans le cadre de l’exposition. Les conditions initiales d’enregistrement de l’entretien peuvent influer sur les possibilités ultérieures de réutilisation dans le cadre d’une exposition.

Exemple de l’exposition virtuelle La Ligue des droits de l’Homme, 120 ans d’histoires

En 2018, La contemporaine met en ligne une exposition consacrée à l’histoire de la Ligue des droits de l’homme. Parmi les sources mobilisées figurent des extraits d’entretiens avec des acteurs de la Ligue. Ils correspondent à une sélection faite à partir des entretiens réalisés dans le cadre du programme de recherche conduit avec La Ligue et déposés à La contemporaine. Voir par exemple le témoignage de Joëlle Brunerie-Kauffmann, gynécologue et ancienne vice-présidente de la LDH, qui traite de la commission Droit des femmes.

  • Utilisation des archives orales dans le cadre de documentaires

Le dépôt des archives orales dans un établissement documentaire ouvre la possibilité qu’elles soient réutilisées par des documentaristes, selon des modalités à fixer avec le donateur des entretiens et les témoins. Ces derniers sont parfois eux-mêmes producteurs d’archives orales (voir par exemple les rushes du documentaire « Sisters in resistance » de Maïa Wechsler disponibles à La contemporaine).

2. Archives orales et formation à la recherche

De plus en plus fréquemment, les archives orales, au même titre que les autres sources conservées par les établissements documentaires s’inscrivent dans des dispositifs de formation des étudiants et des chercheurs.  En voici quelques exemples :

  • Stéphanie Decante (MCF études hispaniques et hispano-américaines, Université Paris Nanterre) Exploration du fonds de l’Association des ex prisonniers politiques chiliens dans le cadre d’un cours de formation à la recherche.

Stéphanie Decantes, maîtresse de conférences en études hispaniques et hispano-américaines à l’Université Paris Nanterre, a invité ses étudiants de 3ème année à explorer le fonds de l’AEXPPCh (Asociación de Ex Prisioneros Políticos Chilenos) dans le cadre d’un cours d’initiation à la recherche. Ce fonds est composé de 113 entretiens réalisés par l’association et par La contemporaine qui traitent des questions de la répression, la clandestinité, la prison, la vie en exil, le retour au Chili et la vision du pays après la dictature. Son cours s’est déroulé ainsi :

Après une mise au point méthodologique sur la constitution et l’exploitation d’archives orales (Florence Descamps, 2001), après une contextualisation historique et une présentation des fonds relevant de la période concernée (tracts, affiches et presse chilienne et de l’exil, 1970-90), nous avons reçu Ricardo Parvex (AEXPPCh) et Rosa Olmos pour un exposé de leurs motivations et méthode de collecte. Nous avons ensuite réalisé des travaux pratiques, chaque groupe de trois étudiants étant en charge de l’analyse d’un témoignage, d’une durée de deux heures environ. Le travail s’est déroulé en quatre étapes. Après le visionnage de l’entretien, les étudiants ont été invités à identifier des termes clefs, préciser certaines références historiques et culturelles (toponymes, sigles, mouvements et personnalités politiques). Dans un second temps, les étudiants ont réalisé une synthèse biographique du témoin et un chapitrage chronothématique de son témoignage. La grille d’entretien leur a permis de repérer les grandes étapes et les principales thématiques de chaque témoignage, selon un arc temporel qui allait des années 50 à nos jours : éveil d’une conscience et d’un engagement politiques, campagnes présidentielles, élection de Salvador Allende, Unité Populaire, coup d’État de 1973, clandestinité, répression, exil, vie en France et perception actuelle de la situation politique chilienne. La présentation de ces premiers résultats a permis d’apprécier à quel point, si la grille d’entretien constituait une colonne vertébrale qui structurait et unifiait les récits, les trajectoires sociales, politiques et professionnelles ouvraient à une véritable polyphonie qu’il convenait d’explorer. Nous avons alors défini deux axes de recherche, portant sur la modalité formelle du récit de soi (Judith Butler, 2005) : l’un était centré sur l’organisation diégétique (scène d’énonciation, variation des tons et registres de langage, entrelacs cognitifs et affectifs, rapports à la chronologie des événements, alternance entre digressions privées, références historiques connues et interprétation des faits) et l’autre sur la manière dont chaque témoignage proposait une redéfinition singulière de concepts clefs tels que militantisme et exil, permettant une connaissance approfondie de cette période et de la façon dont ses acteurs et témoins l’ont perçue dans sa dimension politique. Pour finir, chaque groupe a été invité à isoler un événement évoqué par le témoin et à en croiser la représentation et l’interprétation avec des sources journalistiques ou artistiques (film, littérature, arts plastiques).

  • Dzovinar Kévonian (MCF- HDR histoire contemporaine, Université Paris Nanterre), Fabrication de la source orale.

Le département d’histoire de l’Université Paris Nanterre dispense depuis quelques années un cours de fabrication de la source orale destiné à des étudiants de niveau L3 et hébergé par La contemporaine : L’objectif de cette formation était « d’initier les étudiants à l’analyse et à la fabrication de cette source, leur apprendre à croiser les sources orales avec les innombrables archives écrites qu’ils analysaient durant les trois années de formation de licence d’histoire, les faire travailler sur la parole vivante, sur une source provoquée, qu’ils fabriqueraient eux-mêmes » (Kenovian, 2019 : 8). Le cours se déroulait ainsi :

Chaque année, sur deux semestres, une vingtaine d’étudiants sont formés en binômes à travers un projet d’entretien filmé qu’ils construisent. Ils réalisent le tournage après avoir élaboré leur grille d’entretien. Le dispositif technique de mise en forme des sources fabriquées est pris en charge conjointement par La contemporaine et le département d’histoire. Les étudiants, après une première mise au point historiographique, suivent plusieurs séances d’analyse critique de témoignages filmés à partir du fonds audiovisuel de la bibliothèque et des programmes de recherche comprenant des collectes en cours. Ils deviennent au terme de leur année, coauteurs d’une source, qui pour les meilleures sont intégrées à une collection spécifique de La contemporaine, accessible aux chercheurs et aux publics : “Fabrication de la source orale en histoire contemporaine”. Ils sont aussi invités à intégrer leur source dans d’autres projets personnels de recherche, de professionnalisation et/ou de création : création littéraire, blog, documentaire, mémoire de master, médiation culturelle, etc. (Ibid.)

  • Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, formations à la collecte des archives orales et aux enjeux juridiques et éthiques

La MMSH d’Aix-en-Provence assure régulièrement des formations sur la collecte des archives orales et sur ses implications éthiques et juridiques. Ces formations sont annoncées sur le Carnet de recherche de la phonothèque. Voir par exemple la formation qui a eu lieu au Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques à Alger en avril 2017.

Bibliographie

Kévonian, Dzovinar. « La source orale : construction des savoirs et formation pour les historiens », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 131-132, no. 1, 2019, pp. 8-12.
Moine, Caroline. « Les archives et les sources audiovisuelles de la solidarité internationale avec le Chili. Bilan d’un séminaire (2015-2017) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 125-126, no. 3, 2017, pp. 45-49.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search