Fiche 11 — Comment les archives orales que je dépose peuvent-elles être réutilisées par d’autres chercheurs ?

CC0

Le dépôt des archives issues de la recherche peut avoir un véritable intérêt scientifique. Percevoir cet intérêt scientifique pourra, nous l’espérons, convaincre les chercheurs d’avoir davantage recours aux archives orales produites par d’autres qu’eux-mêmes.

Même si perdurent des différences de pratiques importantes entre disciplines, l’intérêt pour un chercheur de croiser sur un sujet donné ses propres entretiens et ceux faits par d’autres, mais aussi de croiser entretiens et autres types de sources, est bien réel. L’environnement de dépôt retenu peut faciliter ce travail de mise en relation de sources de nature différente. Un chercheur qui choisit de déposer ses entretiens et la documentation qu’il a collectée sur son sujet de recherche dans un établissement documentaire le fait pour les services offerts par la structure mais aussi parce que l’établissement conserve déjà sur son sujet de recherche ou des thématiques connexes des collections de sources écrites importantes.

A l’inverse, un chercheur qui opte pour le dépôt de ses entretiens sur une plate-forme spécifiquement orientée sur les enquêtes, du type de CoCOON, privilégiera plutôt l’exploitation de sources spécifiquement orales.

1. Un rapport distant aux archives orales en France

Plusieurs éléments expliquent le faible recours à l’utilisation d’archives orales produites par des chercheurs tiers en France. L’utilisation d’archives orales nécessite que le chercheur s’adapte au rythme du témoin qu’il écoute ; il est en effet plus difficile d’accélérer l’écoute d’un document sonore que d’effectuer la lecture rapide d’un document écrit. L’utilisation de témoignages recueillis par d’autres peut de ce fait rester rebutante, et les chercheurs préfèrent constituer leurs propres corpus oraux (Descamps, 2000 : 223). La source orale peut sembler en effet davantage « construite », car les propos sont suscités par le chercheur et sont tenus par un témoin également « trouvé » par le chercheur (Stephan, 2013 : 38).

Le principal obstacle est toutefois leur faible visibilité car elles ne sont ni bien conservées ni recensées. Les institutions de recherche françaises n’invitent pas les chercheurs à déposer leurs archives ni à réutiliser des enquêtes qualitatives menées par d’autres. Depuis quelques années, des efforts importants ont toutefois été accomplis, par exemple Calames pour l’ESR signale en ligne les productions de certaines universités et les Archives nationales en font autant. Des réutilisations d’enquêtes peuvent être encouragées aussi.

2. Pourquoi utiliser des archives orales constituées par d’autres ?

L’analyse d’archives orales produites par d’autres chercheurs :

  • enrichit le panel de sources que le chercheur peut croiser sur un sujet : sources écrites, entretiens, internet…
  • permet d’accéder à des témoignages qui resteraient sinon inaccessibles au chercheur, du fait même de sa position de chercheur ou parce qu’entre-temps le témoin est décédé.
    Exemple du fonds sur les exilés cubains constitué par la bibliothèque de l’Université de Miami évoqué dans l’enquête CollEx-Persée/La contemporaine : le point de Marie-Laure Geoffray (MCF, Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine).
    La consultation de cet ensemble d’entretiens s’est avérée fructueuse pour Marie-Laure Geoffray, maîtresse de conférences en science politique travaillant sur les réseaux de militants ayant quitté Cuba :

Je cherchais des informations que je n’aurais pas pu obtenir autrement. C’est un milieu très secret où les gens ne vont pas raconter leur vie à une chercheuse française. Il y a une défiance importante vis-à-vis des chercheurs européens qui sont vus comme forcément de gauche, communistes et pro Castro. Ce qui m’intéresse c’est la socialisation de ces activistes, donc j’allais y chercher des informations. Comme ce sont des entretiens construits pour servir une communauté d’historiens, ils sont avant tout factuels et pas sur des questions de recherche… On leur demande d’insister sur la répression par exemple. Il y a une logique de défense contre l’État cubain oppressif. C’est avant tout le déroulé de leur vie, les valeurs qu’ils défendent, dans quelles organisations ils militent. C’est magnifique parce que souvent ce n’est pas ce à quoi on a accès

  • aide le chercheur à défricher le terrain en l’aiguillant vers des moments clefs, des crises, des esquisses de périodisation… Les archives orales permettent d’orienter les premières hypothèses, de gagner du temps dans la recherche (Descamps, 2000 : 632).
  • aide le chercheur à formuler ses propres questionnements et à clarifier son ancrage théorique. La confrontation avec une approche différente de la sienne va l’aider à formaliser sa position.
  • éclaire les archives orales de nouvelles questions et fait émerger de nouvelles hypothèses de recherche. Cet apport a d’autant plus de sens que de nombreux chercheurs n’ont pas le temps d’épuiser toutes les potentialités des données qu’ils collectent.
  • rappelle au chercheur l’exigence de la critique documentaire… qui s’applique à l’oral comme à l’écrit !

3. Comment réutiliser des archives orales constituées par d’autres ?

  • Approche scientifique

L’utilisation d’archives orales requiert ainsi d’avoir accès à l’information concernant les lieux d’enquête, les réseaux d’interconnaissance étudiés par le chercheur, la situation d’enquête, les trajectoires des enquêtés et celle de l’enquêteur.Les métadonnées fournies par les notices d’inventaire et l’ensemble de la documentation afférente à l’enquête (voir fiche 5) servent à contextualiser l’entretien qui est écouté par un chercheur extérieur à l’enquête.

  • Expérience beQuali

BeQuali est un catalogue d’enquêtes de sciences humaines et sociales réalisées à partir de méthodes qualitatives. Chaque corpus déposé sur le catalogue est accompagné d’une «enquête sur l’enquête», rapport réalisé par un membre de l’équipe beQuali qui revient sur la genèse de l’enquête, les ancrages théoriques du chercheur, les conditions de réalisation de l’enquête, la composition du corpus et l’analyse initiale produite par le chercheur.

Belén Rojas Silva a utilisé les entretiens de l’Association des ex prisonniers politiques chiliens dans le cadre de sa recherche postdoctorale (ICON-Utrecht University) qui porte sur les transformations de la subjectivité migrante à partir des récits biographiques des femmes chiliennes en France. Elle s’est donc intéressée aux entretiens concernant des femmes. La consultation des archives orales à La contemporaine lui a donné accès à un fonds documentaire plus large qui lui a permis de compléter l’analyse sur les entretiens (publications des exilés, publications d’organismes tels que de la CIMADE par exemple).

Les entretiens qu’elle a écoutés et analysés sont des archives sur la prison politique et l’exil qui permettent notamment d’accéder à des expériences de répression qui n’ont pas bénéficié de la reconnaissance officielle de l’État chilien et d’une réparation. Ils peuvent également être envisagés comme des portes d’accès à l’histoire chilienne et française :

J’identifie dans l’archive des possibilités situées et spécifiques de contribution à la discussion sur les migrations d’aujourd’hui au Chili et en France : Le Chili est-il un pays exclusivement ou principalement d’immigration ? Qui sont les Chiliens à l’étranger ? Et que dit leur absence sur l’histoire du pays ? Par ailleurs, que disent-ils de la France et de l’histoire de sa politique d’accueil, des témoignages des exilé.es et de réfugié.es chiliens ? Quels changements et quelles continuités par rapport à la situation actuelle illuminent leurs mémoires ? 

  • Diffusion de travaux scientifiques issus de l’exploitation d’entretiens : enjeux juridiques

Avant toute réutilisation (publication d’un article, communication) d’archives orales mises à disposition dans un établissement patrimonial, le chercheur doit se renseigner sur les conditions de réutilisation auprès de l’établissement dépositaire des entretiens.  

Bibliographie

Aron-Schnapper Dominique, Hanet Danièle, « Archives orales et histoire des institutions sociales » ; Revue française de sociologie, 19-2, 1978, pp. 261-275.
Burawoy, Michael, « Revisiter les terrains. Esquisse d’une théorie de l’ethnographie réflexive », in Daniel Cefaï (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, EHESS, 2010 [2003], p. 295-351 (trad. fr.).
Descamps, Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone : De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris : Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005 [2000].
Duchesne, Sophie (dir.), La réanalyse des enquêtes qualitatives à l’épreuve de l’expérimentation, Hors-Série de la revue Recherches qualitatives, n° 21, 2017.
Laferté, Gilles, « Des archives d’enquêtes ethnographiques pour quoi faire ? Les conditions d’une revisite », Genèses, vol. no 63, no. 2, 2006, pp. 25-45.
Stéphan, Léna, Les archives sonores : conservation et valorisation du patrimoine oral, Mémoire de recherche ENSSIB, 2013.
Müller, Bertrand, « Archives orales et entretiens ethnographiques. Un débat entre Florence Descamps et Florence Weber, animé par Bertrand Müller », Genèses, vol. no 62, n° 1, 2006, pp. 93-109.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search