Appel à communications : JE Photographie et manifestation(s) dans les Amériques

Journée d’études organisée par le laboratoire Héritages-UMR9022 (CY Paris- Cergy Université), le laboratoire FRAMESPA (Université Toulouse – Jean Jaurès) et La contemporaine – Bibliothèque, Archives, Musée des mondes contemporains (Nanterre).

Comité scientifique et d’organisation :

Marion GAUTREAU (UT2J), Casandra HERRERA CAICEDO (UT2J), Camille LECUYER (CYU), Camila MELO (CYU), Camille ROUQUET (CYU)

Lieu : La contemporaine (Nanterre)

Date : Jeudi 25 avril 2024

Date limite de réception des propositions de communication : 15 janvier 2024

La question de la manifestation en photographie renvoie explicitement à la question de l’actualité. Les photographies de manifestations – quelles qu’elles soient – suggèrent une prise de vue “à chaud”, dans des contextes tendus et/ou festifs, en lien avec des événements ou des mouvements qui, par définition, sont changeants et évolutifs dans le temps. Ces photographies sont publiées en grand nombre dans la presse (papier et en ligne) et sur les différents réseaux sociaux comme illustrations de l’actualité ; certaines se transforment en icônes et, à moyen ou long terme, deviennent des symboles visuels d’événements du passé, reconnaissables à l’échelle locale, nationale, voire internationale. Les images des manifestations sont donc amenées à perdurer dans le temps mais peuvent aussi être associées à des discours fluctuants en fonction des contextes de diffusion et des temporalités.

Lors de cette journée d’études, nous nous intéresserons à trois types de manifestations : les spontanées suite à des événements inattendus et souvent violents (grèves, soulèvements, émeutes, etc.) ; les officielles (commémorations de dates anniversaires telles que la fête du travail, les fêtes nationales, etc.) ; les manifestations politiques et sociales liées à des combats de longue haleine (les Marches des Fiertés, les luttes pour les droits des femmes ou contre le racisme, la défense de l’IVG, les combats écologiques liés au réchauffement climatique, etc.).

Différents aspects de la photographie de ces manifestations pourront être analysés afin de mettre en lumière les caractéristiques de ces images, leurs évolutions au cours des dernières décennies et l’intericonicité qui se fait jour. En reprenant en partie les interrogations sous-jacentes à l’exposition “Soulèvements” au Jeu de Paume en 2016-17, nous invitons les participant·e·s à répondre à l’une des questions suivantes :

  • Comment se construit la couverture photographique des manifestations (Quelles sont les stratégies des photographes et des photojournalistes ? Quelles sont les stratégies des organes de presse ? Comment sont produites et diffusées les photographies, avec quelle temporalité ?). Cette question renvoie également, au XXIe siècle, à interroger la photographie des témoins amateurs, présents sur les lieux des manifestations, et dont les photographies vont se retrouver de plus en plus fréquemment dans la presse et sur les réseaux sociaux.
  • Comment et pourquoi certaines photographies de manifestations deviennent les icônes d’un événement ou d’une lutte ? Leur symbolique et leurs usages prolongent-ils véritablement le sens premier des manifestations au cours desquelles elles ont été prises ?
  • Peut-on définir une gestuelle de la protestation et de la revendication ? Est-il possible d’écrire l’histoire de l’intericonicité propre à la photographie de manifestation et, en particulier, de retrouver les traces d’une intericonicité intracontinentale ?

Le périmètre géographique de cette journée d’études est celui des Amériques. Les communications peuvent porter sur tous types de manifestations ayant eu lieu sur le continent, du Canada à l’Argentine, en passant par les Caraïbes : prise du Capitole à Washington en 2021, soulèvements au Chili en 2019 ou en Colombie en 2021, lutte pour le droit à l’IVG en Argentine, manifestations contre les féminicides et les disparitions au Mexique, le mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis, les revendications des communautés autochtones – Marcha del Color de la Tierra en 2001 au Mexique, par exemple -, etc.

Les propositions de communication (titre + résumé de 500 mots maximum) sont à

envoyer avant le 15 janvier 2024 à l’adresse suivante :

marion.gautreau@univ-tlse2.fr

Les communications pourront être faites en français, en anglais ou en espagnol.

Partenaires


Citer ce billet
LC Admin (2023, 22 novembre). Appel à communications : JE Photographie et manifestation(s) dans les Amériques. La contemporaine. Bibliothèque, Archives, Musée des mondes contemporains. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qr25

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search