L’incendie du Reichstag, nuit du 27-28 février 1933 : 4 publications de 1933 pour (r)établir la vérité

Cet événement sera extrêmement lourd de conséquences, puisque dans le sillage de l’accession d’Hitler à la chancellerie allemande le 30 janvier, il va marquer le coup d’envoi d’une politique de répression et de poursuite des opposants politiques, en particulier les communistes, sans précédent. Le débat historiographique au long cours sur les responsabilités de cet attentat n’est pas totalement clos. Quoi qu’il en soit, la thèse de la culpabilité du seul Marinus van der Lubbe, appréhendé sur le lieu de l’attentat et traduit en justice au moyen d’un procès à spectacle, a été définitivement écartée.Les débats et controverses autour de cet événement démarrent très rapidement après l’événement lui-même. Il y a en effet une sorte de course de vitesse qui se met en place entre nazis et communistes. L’événement est instrumentalisé politiquement de façon grossière par les nazis et en face les communistes en exil tentent de riposter par une mobilisation internationale.

La contemporaine conserve dans ses fonds une grande part des pièces de ce palpitant dossier dont nous présentons ici les exemples les plus marquants. Il faut commencer par le Livre brun ou Braunbuch (titre complet Braunbuch über Reichstagsbrand und Hitlerterror), publié à l’été 1933, donc avant le procès (tenue en septembre 1933) de van der Lubbe et de ses prétendus complices : Torgler, Dimitrov, Poppov et Tanev. La bibliothèque possède plusieurs éditions de ce pamphlet largement diffusé (plus de 70 000 exemplaires, traduction en 15 langues), dont celle dissimulée sous la couverture des éditions Reclam d’ »Hermann und Dorothea » de Goethe. Cette édition « pour le Reich », ce qui explique son statut de Tarnschrift (ou édition maquillée), a été introduite clandestinement dans le pays depuis la France. Le livre a en effet été publié à Paris sous la houlette du communiste Willi Münzenberg, membre du Kominterm et grand organisateur de la propagande communiste antinazie.

Braunbuch über Reichstagsbrand und Hitler-Terror. Vorwort von Lord Marley, 1933

La pièce suivante est concomitante au procès de Leipzig et vise à prévenir la sphère publique de la nullité et des manipulations grossières qui vont caractériser ce dernier : « Der Spruch von London » [Le verdict de Londres] donne les conclusions du contre-procès instruit par la Commission d’enquête internationale sur l’incendie du Reichstag. Ce document parait à Prague en septembre.

Der Spruch von London , 1933 (O pièce 17352)

Enfin les deux documents suivants « Göring des Meineids überführt » [Göring convaincu de parjure] et « Anklage gegen die Ankläger », [Accusation contre les accusateurs] sont publiés en novembre et visent à démonter les contrevérités du procès de Leipzig et notamment le rôle central qu’y a joué Hermann Goering en matière de désinformation.

Les quatre publications présentées ici sont tout à fait représentatives de la production de propagande communiste produite dans l’exil. Elles dénotent du caractère et des visées internationales de celle-ci. A titre d’exemple, la brochure sur le parjure de Göring est imprimée à Strasbourg, mais présente des adresses de correspondants en Suisse, en Hollande ainsi… que dans la Sarre dont le rattachement au Reich reste à venir. « Anklage gegen die Ankläger » souligne la participation de savants français engagés contre le fascisme, à l’instar du Dreyfusard Paul Fauconnet ou de Marcel Prenant, membre du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA). Les opposants communistes, chassés du Reich, doivent impérativement chercher des appuis dans des pays qui n’ont pas encore été touchés par la « peste brune ».

Enfin pour terminer, il est intéressant de se pencher sur les modalités d’entrée de ces documents dans nos collections, en particulier pour le plus emblématique d’entre eux, le faux de Hermann et Dorothée. L’ensemble des documents n’est pas entré immédiatement après les événements, mais légèrement plus tard, en 1936. Si les 3 documents d’après l’été 1933 ont été acquis de façon onéreuse, le premier a fait l’objet d’un don par Botho Laserstein (1901 – 1955), une figure bien identifiée de l’exil allemand. Avocat de profession, ce dernier, collaborateur de la « Weltbühne », a transité par Prague avant de gagner Paris en 1934.

Dominique Bouchery


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search