La Hongrie au printemps 1920 : lever «l’affront» de Trianon

Le Traité de Trianon (4 juin 1920) règle les accords de paix entre le royaume de Hongrie et les Alliés. Il signifie surtout pour la Hongrie l’amputation des 2/3 de son territoire en le réduisant à un noyau de 93 000 km². Des lambeaux sont perdus de tous les côtés au profit des Tchèques, des Slovaques, des Croates, des Serbes, des Roumains, etc. La question des nationalités apparait insoluble de façon totalement satisfaisante, et de fait ce sont de nombreux Magyars qui se retrouvent incorporés dans de nouveaux ensembles nationaux. Dès l’avant signature du traité, une politique active de révision des nouvelles frontières imposées se met en marche. Ces deux cartes postales en portent témoignage. La première procède par une comparaison simpliste : la juxtaposition des cartes de la France et de la Hongrie doit démontrer de façon frappante au peuple français l’iniquité des conditions de paix proposées aux Hongrois :

Paix de Trianon. Revendications hongroises (4 delta 0023), coll. La contemporaine
Paix de Trianon. Revendications hongroises (4 delta 0023), coll. La contemporaine

La seconde peut être considérée comme plus subtile. D’abord parce qu’elle tente de rendre visible l’indémêlable imbroglio des minorités nationales constitutives de l’ancien empire austro-hongrois. Certaines d’entre elles n’ont pas reçu d’Etat national, à l’instar des Ruthènes. En outre les nationalistes hongrois font diversion ici, en ce sens qu’ils n’abordent pas frontalement la question hongroise, mais soulèvent l’absurdité d’un Etat national non viable qui s’est constitué « sur leur dos ». La Tchécoslovaquie leur apparait en effet bâtie sur le principe de la soumission de peuples à un autre peuple censé assurer le leadership. Dans cette affaire les Slovaques apparaissent comme les grands perdants : les concernant le principe d’autodétermination des peuples n’a pas été respecté (vote du 11 décembre 1918), et la propagande ici développée fait valoir que la nouvelle configuration politique les place dans une situation d’asservissement bien pire que celle qu’ils connaissaient sous l’empire. Nouvelle comparaison visant à expliciter les mauvais arbitrages qui ont été rendus. Enfin à l’appui de tout cela, il y a les chiffres censés apporter une caution scientifique à la démonstration (« camembert » détaillant les proportions). La situation des trois villes représentatives de Bratislava, Komarno et Kosice (d’ouest en est) avec leur dénomination hongroise complètent l’ensemble. Le traité de Trianon et les pertes territoriales induites sont restés une blessure assez vive dans la conscience nationale, y compris dans la mémoire familiale et personnelle de certains Hongrois jusqu’à l’époque contemporaine.

Dominique Bouchery


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search