Appel à communication

Colloque international de clôture du projet CollEx Persée DISSINVENT.
Histoire, archives et mémoires des dissidents et exilés de l’URSS et de l’Europe socialiste
(1945-1991)
2 et 3 juin 2022

Organisation


La contemporaine, bibliothèque, archives, musée des mondes contemporains (Nanterre)
Université de Paris, unité de recherches ICT L’Europe dans les mondes


Partenaires


Bibliothèque universitaire des langues et civilisations
Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg
Institut d’études slaves
UMR Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen
UMR Institut des sciences sociales du politique
UMR Eur’ORBEM
Centre de recherche Europes-Eurasie


Présentation


Terre d’asile pour les « vagues » successives d’émigration de Russie, d’Union soviétique et d’Europe centrale et orientale, la France devient l’un des pays d’accueil de la dissidence venue du « bloc » socialiste européen pendant la longue guerre froide. Si pour certains, la France est une plateforme de passage vers le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Amérique du Nord ou Israël, d’autres s’y installent durablement. Un tissu politique et associatif particulièrement actif fait le lien tant avec les diasporas émigrées qu’avec les institutions françaises et les groupes ou les personnes restées à l’Est.
Ces hommes et ces femmes ont produit un important patrimoine documentaire qui reste mal connu, parfois menacé, concernant leur activité éditoriale, de création, de publication et de recherche ainsi que leurs engagements politiques dans ce que l’on peut nommer très largement les « dissidences ». Ils ont aussi été les acteurs de la collecte patrimoniale publique et privée, de son traitement et de sa valorisation, comme collectionneurs, donateurs ou en devenant eux-mêmes des professionnels de la documentation. Ils ont parfois écrit leur propre histoire, et ont été fréquemment sollicités depuis les années 1990 pour des témoignages audiovisuels.

Lauréat de l’appel à projet CollEx Persée 2020, le projet DISSINVENT se propose, pour la première fois, d’INVENtorier, rendre visibles nationalement et internationalement et valoriser ces importantes collections produites par les DISSidences « de l’Est » en exil en France, entre 1945 et 1991.

Ces fonds méconnus sont à recenser et à mieux décrire dans toute leur diversité, en répondant aux défis transversaux du numérique. Il s’agit dans le même temps de développer une réflexion sur des collections à forte particularité, tant par leur provenance (intellectuels, artistes et savants, militants politiques et syndicaux, associations, maisons d’éditions, ) que par la diversité et la fragilité du corpus documentaire (ego-archives, littérature « grise », ouvrages à petits tirages, publications clandestines type « samizdat », objets témoignant de leur production, tracts, affiches, photographies, films, témoignages oraux) et par leur histoire heurtée, politiquement et émotionnellement.

L’appel s’adresse aux chercheurs et chercheuses dans une perspective interdisciplinaire, aux professionnels de la documentation (archives, bibliothèques) et aux témoins et acteurs d’une période d’histoire contemporaine qui s’éloigne, contribuant ainsi au dialogue développé par les projets CollEx Persée.


Les propositions de communication pourront porter sur les thèmes suivants :

Thème 1 : Histoires et circulations de fonds et de collections produites par les dissidents et exilés des États socialistes européens, créés ou déposés en France après 1945 mais aussi dans d’autres pays pour comparaison. Y a-t-il des corpus transnationaux clandestins/militants/exilés ? Quelle typologie des producteurs (écrivains, artistes, scientifiques, professeurs, éditeurs, syndicalistes…) ? Quel rôle des diplomaties de guerre froide, des passeurs, des instances de surveillance et de censure ? Pourquoi conserver / déposer ses propres archives ou celles de sa famille ? Quelle est la place de ces collections dans le projet de cartographie nationale de CollEx Persée ?

Thème 2 : Statut et traitements des fonds et collections une fois déposés.
A qui appartiennent les fonds ? Quelle légitimité des déplacements et « rapatriements » après la disparition des régimes communistes ? Comment repérer, conserver, cataloguer et valoriser une documentation hétérogène (ego-documents, tracts, objets, revues, images…) ? Comment prendre en compte la diversité linguistique, traduire et faire connaître les notices et les inventaires ? La numérisation efface-t-elle la singularité de ces corpus ?

Thème 3 : Accès et usages pour l’histoire, les sciences sociales, la littérature.
L’accès aux sources : cadre légal, pratiques institutionnelles. Que faire des documents et témoignages oraux collectés pendant une recherche ? Quelles expériences d’ouvertures et de fermetures de fonds, de pertes documentaires? Spécificité des sources et de la mémoire de l’exil et de la dissidence de l’Est par rapport à d’autres diasporas ? Des sources sensibles (émotions, révélations, lustrations, usages littéraires) ?

Les propositions devront parvenir avant le 18 mars 2022 à l’adresse mail : dissinvent [at] gmail [point] com (titre, résumé de 300 mots, biobibliographie du ou des proposants), en français ou en anglais.

Lieu : le colloque se tiendra de préférence en présentiel à Nanterre, ainsi qu’en visioconférence.

Les demandes de financement seront examinées sur demande. Les intervenants juniors (mastérants, doctorants,
post-doctorants) sont bienvenus.

Les contributions pourront être publiées dans un numéro spécial de la revue Matériaux pour l’histoire de notre temps prévu fin 2022.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search