Le fonds Antoni Nowak-Przygodzki

Le fonds Antoni Nowak-Przygodzki (1897-1959), conservé à la Bibliothèque Polonaise de Paris, comprend des archives relatives à l’activité d’après-guerre de cet exilé polonais, intellectuel et militaire, installé en France en 1947 et engagé pour une Pologne libre tout au long de sa vie.

Antoni Michal Leon Nowak-Przygodzki est né le 15 mai 1897 à Cracovie en Pologne. Entré dans le scoutisme à l’âge de 14 ans pour exprimer son patriotisme, il participe à la Première Guerre mondiale, puis à la défense de la ville de Lviv (actuellement en Ukraine) durant la guerre polono-ukrainienne en dirigeant d’une unité de la Légion académique. Il combat ensuite lors de la guerre soviéto-polonaise en qualité de sous-lieutenant, aux côtés du général Jozef Pilsudski. En mérite de ses efforts, il reçoit la Croix de la Valeur (Krzyżem Walecznych) en 1921. Dans l’entre-deux-guerres, après l’obtention de son doctorat en droit à l’Université Jean Casimir à Lviv en 1919, il devient professeur de droit, mène des recherches juridiques et dirige son propre cabinet d’avocat. Il est très actif dans diverses organisations politiques et sociales. Sur le plan personnel, il épouse Zofia Gumowska en 1919 avec qui il a quatre enfants.

Cette vie relativement harmonieuse est brutalement interrompue par la Seconde Guerre mondiale. N’étant pas mobilisé lors de l’invasion allemande de la Pologne, Antoni Nowak-Przygodzki est responsable de la commission des réfugiés qui arrivent à Lviv par plusieurs centaines de milliers. Après l’arrivée de l’Armée rouge, il rejoint la clandestinité fin septembre 1939 en raison de son activité politique d’avant-guerre et part à Varsovie en automne 1940. Officier des Groupes d’assaut des Rangs Gris (Szare Szeregi) opérant sous le pseudonyme «Opel», et, à partir de 1944, chef du Bureau de l’information et de la propagande de l’état-major de l’Armée de l’intérieur (Armia Krajowa) dans le district de Varsovie, il prend part à l’insurrection de Varsovie. Après l’échec de l’insurrection en octobre 1944, il est envoyé au camp de prisonniers de guerre Bergen-Belsen en Allemagne, où il rédige un journal clandestin et mène une activité scolaire dans le camp. Libéré par les Britanniques, il est chargé de la culture et de l’éducation des unités polonaises sur le dans la zone d’occupation britannique de l’Allemagne jusqu’à sa démobilisation en juin 1947.

Nowak-Przygodzki choisit l’exil et s’installe en France. Il fait venir de la Pologne son fils et sa fille mineurs avec l’aide de la Croix-Rouge, puis sa femme. Ils habitèrent d’abord dans un petit hôtel la rue des Écoles avec Joseph et Maria Czapski, Jerzy Giedroyc, Zygmunt et Zofia Hertz, constituant le cercle intime de la revue d’émigration polonaise « Kultura ». Comme Nowak-Przygodzki ne peut pas exercer sa profession d’avocat, et sa femme, la médecine, la famille vit modestement grâce à des petits travaux. Toujours actif socialement (à partir de 1946, il est secrétaire général du comité d’organisation de l’Association des Combattants polonais en Allemagne), il devient membre du comité exécutif de l’Union des réfugiés de guerre polonais lors du premier congrès mondial des réfugiés de guerre polonais à Bruxelles en 1946, et son vice-président à partir de 1949. Il est actif dans ce domaine dans une section du comité à Paris. Entre-temps, le 31 mai 1949, le président de la République de Pologne en exil, August Zaleski, le nomme membre du Conseil national de la République de Pologne, inauguré à Londres le 6 juin.

C’est à partir de 1950 où Antoni Nowak-Przygodzki reprend l’enseignement. Il donne des cours dans la filiale parisienne de l’École polonaise des sciences politiques et sociales [Oddział Szkoły Nauk Politycznych i Społecznych, SNPiS] ‒ associée à l’Institut polonais des affaires internationales à Londres ‒ dont il devient membre du Conseil scientifique et directeur scientifique. Au cours de l’année 1950-1951, il enseigne aussi au Lycée polonais aux Ageux. En mai 1951, il devient membre de l’Académie Internationale Libre des Sciences et des Lettres, créée à Paris et regroupant des exilés savants d’Europe centrale et orientale, et en 1952, de la Société historique et littéraire polonaise à Paris.  À partir du mai 1952, Antoni Nowak-Przygodzki travaille à Strasbourg au Collège de l’Europe libre, tout en maintenant en parallèle son activité d’enseignant et de chercheur, jusqu’à la fermeture de l’institution en été 1958.

Il décède à Paris le 4 janvier 1959. Son ami de longue date, militaire, journaliste et historien, Stefan Mekarski, conclut ainsi sa nécrologie dans l’Aigle Blanc (Orzel Bialy, 1959/4) : « En tant qu’activiste, organisateur et conférencier, il captivait par son tempérament, son optimisme, sa joie de vivre et son dévouement à la cause nationale. En tant qu’homme, il enchantait par son charme exceptionnel, sa disponibilité bienveillante pour le service et l’amitié fraternelle ».

Son fonds conservé à la Bibliothèque Polonaise de Paris, contenant environ 15 000 documents en langue polonaise, française et anglaise et contenus dans 76 cartons, porte une importance particulière pour les chercheurs. En raison de sa vie mouvementée, les archives d’Antoni Nowak-Przygodzki concernent exclusivement son activité en exil, notamment en rapport du Collège de l’Europe libre (environ 55 cartons sur 76). Ce dernier était une institution américaine, créée en 1951, qui offrait des bourses d’études aux jeunes réfugiés d’Europe de l’Est, notamment l’Albanie, la Bulgarie, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie. Grâce aux bourses d’études à l’Université de Strasbourg, ces jeunes gens ont pu continuer leurs études interrompues à cause de la prise de pouvoir communiste dans leurs pays natals et, en conséquence, de leur fuite en Occident. Les boursiers étaient logés au Château de Pourtalès, dans le quartier de Robertsau de Strasbourg, qui servait de siège de l’institution. Par suite d’un changement de fonctionnement du Collège de l’Europe libre d’internat en externat en 1955, les boursiers pouvaient librement choisir leur université en Europe occidentale.

Au-delà du but humanitaire du Collège de l’Europe libre, l’institution suivait ouvertement un objectif politique. Il s’agissait de former une élite parmi ces jeunes réfugiés, pour qu’ils deviennent des futurs cadres, destinés à retourner dans leurs pays derrière le rideau de fer en cas d’effondrement des régimes soviétiques et à construire la démocratie. À cette fin, le Collège de l’Europe libre organisait deux types d’études pour les boursiers en supplément du cursus universitaire : des séminaires nationaux en langue natale concernant la culture générale des pays concernés par la bourse d’études et dispensés par des «maîtres d’études», et des conférences d’été avec la participation des universitaires, des experts et des figures publiques occidentaux et exilés renommés.  

Le fonds Antoni Nowak-Przygodzki est unique de son genre quant aux archives du Collège de l’Europe libre, pour plusieurs raisons. En premier lieu, ils permettent d’observer l’enseignement dispensé au sein de l’institution à Strasbourg, surtout en matière de séminaires nationaux. Antoni Nowak-Przygodzki était chargé du groupe des boursiers polonais en tant que maître d’études. Les séminaires nationaux ‒ dont le programme était préalablement discuté avec les responsables américains et français de l’institution et concernaient principalement l’histoire récente et la situation actuelle des pays est-européens ‒ avait pour but d’éviter l’assimilation des jeunes réfugiés dans le pays d’hôte et ainsi de fluidifier leur retour dans les pays libérés du régime communiste en cas d’éventualité. Le fonds contient les cours du groupe polonais dirigé par Antoni Nowak-Przygodzki entre 1953 et 1955 ‒ complétés par des notes d’évaluation sur des boursiers ‒, ainsi que les thématiques d’autres séminaires nationaux jusqu’en 1956, l’année où les séminaires nationaux ont perdu leur importance au profit des conférences d’été.

Concernant les conférences d’été, elles traitaient de quatre sujets principaux selon un thème annuel défini, tels que l’analyse des relations internationales de l’époque ; les conditions politiques, économiques et culturelles dans les démocraties populaires ; la diplomatie américaine et la politique étrangère de l’URSS, le mouvement communiste ainsi que l’unité européenne et le processus d’intégration. Le fonds comprend les discours dactylographiés des conférences qui ont été prononcées, majoritairement en langue française mais aussi anglaise ou allemande, au cours des conférences d’été au Collège de l’Europe libre entre 1952-1957 (les derniers cours d’été ont eu lieu en 1958).

En termes de manuscrits des maîtres d’études, il n’existe pas d’autres fonds similaires à celui d’Antoni Nowak-Przygodzki (contrairement aux matériaux des conférences d’été que l’on peut trouver dans des archives aux États-Unis et en Europe). D’une part, les maîtres d’études ne sont pas restés suffisamment longtemps au sein de l’institution. Le Collège de l’Europe libre a recruté dix enseignants exilés au cours de l’année 1951-1952 mais la plupart d’entre eux a quitté l’institution ou a été licenciée entre 1953 et 1955. D’autre part, après le changement du fonctionnement du Collège de l’Europe libre en externat d’internat en 1955, il ne restait que trois maîtres d’études à Strasbourg. Parmi ces derniers en l’état des connaissances actuelles, seul Antoni Nowak-Przygodzki semble avoir laissé derrière lui des manuscrits.

Bien que les responsables américains eussent souhaité d’embaucher des exilés à la fois jeunes et expérimentés pour le poste de maître d’études, le choix d’Antoni Nowak-Przygodzki était parfait. Il enseignait avant et après la guerre et était très engagé dans les questions liées aux réfugiés. Il s’agissait d’une personne dévouée à la tâche qui lui incombait et dans laquelle il croyait profondément. Ses notes, ses cours et sa correspondance avec des responsables américains et français ainsi qu’avec des boursiers réfugiés en témoignent.

En deuxième lieu, le fonds comprend également des archives institutionnelles produites par la direction franco-américaine du Collège de l’Europe libre au cours de son existence (correspondances, rapports, brouillons de programmes, etc.). En effet, Antoni Nowak-Przygodzki était responsable des boursiers et administrait le programme de bourses à partir de 1955 jusqu’à la fermeture de l’institution en été 1958. S’y trouvent des documents relatifs à l’organisation et à la collection de la bibliothèque du Collège de l’Europe libre, constituant des sources exceptionnelles à ce sujet, conservés dans une dizaine de cartons. De nombreux matériaux produits par des boursiers même ‒ notamment par le groupe de recherche du Collège de l’Europe libre nommée Groupe d’Etudes avancées ou individuellement par des boursiers de l’institution ‒ et par d’autres groupes d’étudiants en Europe occidentale ainsi que des matériaux des conférences consacrées au sujet d’Europe de l’Est enrichissent considérablement le fonds.

Finalement, les manuscrits comprennent des archives relatives aux organisations dans lesquelles Antoni Nowak-Przygodzki était impliqué en France, notamment l’Union des combattants polonais, l’Académie Internationale Libre des Sciences et des Lettres, le Comité français pour l’Europe libre, la filiale parisienne de l’École polonaise des sciences politiques et sociales entre 1950 et 1957 (il s’agit des notes de cours), ainsi que des divers documents au sujet des pays communistes d’Europe de l’Est et des réfugiés.

 La Bibliothèque Polonaise de Paris a reçu les manuscrits d’Antoni Nowak-Przygodzki entre 1959 et 1966, puis en 1995. Pendant des décennies, les documents étaient conservés sous cotes provisoires avant qu’Elzbieta Pajor, archiviste polonaise de la ville de Plock, ne classe les documents en ordre thématique entre 2014 et 2016. Un inventaire de 43 pages , précédé d’une description biographique de 3 pages, a été rédigé par ses soins en polonais. Le fonds Antoni Nowak-Przygodzki offre une riche documentation pour ceux qui s’intéressent au Collège de l’Europe libre et, plus généralement, aux questions des réfugiés d’Europe de l’Est en France au début de la guerre froide.

Veronika Durin-Hornyik PhD
chercheuse, University in Exile Research Project

Veronika Durin-Hornyik, « Le Collège de l’Europe libre et la préparation de la construction démocratique de l’Europe de l’Est (1948-1958) », Relations internationales, 2019/4, Nr 180, pp. 13-25.

Maria Nowak, Pour notre liberté et la vôtre. Comment la Pologne a été abandonnée par ses alliés, Librinova, 2019



Citer ce billet
LC Admin (2021, 2 décembre). Le fonds Antoni Nowak-Przygodzki. La contemporaine. Bibliothèque, Archives, Musée des mondes contemporains. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qr1p

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search