Le projet Numérislav: numériser les archives de l’Institut d’études slaves

Le projet NUMERISLAV, développé dans le cadre de l’UMR Eur’Orbem (CNRS/Sorbonne Université), prend appui sur des fonds d’archives diversifiées, dédiées aux études slaves, produites pour la plus grande part durant les années 1920-1960 et conservées à l’Institut d’études slaves de Paris, partenaire fondateur du projet. Fondé à la fin de la Première guerre mondiale et associé à l’université de Paris, cet institut dédié à la recherche et à l’enseignement des langues slaves est tout à la fois un créateur et un dépositaire d’archives. Association déclarée d’utilité publique, lieu de production de savoir, d’échanges et de débats intellectuels et scientifiques, il conserve tous les documents relatifs à son propre fonctionnement et à ses activités. Les fonds s’accroissent continûment, grâce aux dons des savants eux-mêmes ou de leurs ayants-droit.
A l’heure actuelle, 25 fonds distincts sont identifiés, constitués majoritairement de manuscrits, brouillons et correspondances, couvrant presqu’un siècle de production scientifique dans plusieurs disciplines (histoire, philologie, littérature, linguistique, ethnologie, archéologie… ) :

  • Fonds iconographique Léon Tolstoï,
  • Fonds Joseph de Baye,
  • Fonds Charles Salomon,
  • Fonds André Mazon,
  • Fonds Nikolaj Losskij,
  • Fonds Hélène Sinany,
  • Fonds Vladimir Butčik,
  • Fonds Hubert Ripka / Noemi Schlochow-Ripka,
  • Fonds Jacques Catteau,
  • Fonds Michel Niqueux,
  • Fonds Vladimir Peška,
  • Fonds Michel Gorlin / Raïssa Bloch,
  • Fonds Boris Nolde,
  • Fonds Nikolaj Ocup,
  • Fonds Roger Portal,
  • Fonds Michel Aucouturier,
  • Fonds Vladimir Vodoff,
  • Fonds Pierre Pascal,
  • Fonds Auguste Dozon,
  • Fonds Ernest Denis,
  • Fonds Ivan Šmelëv,
  • Fonds Benjamin Goriély,
  • Fonds Yves Millet,
  • Fonds Aleksej Hvostenko,
  • Fonds Nina Gourfinkel.

NUMERISLAV en propose l’identification, la localisation, l’inventaire, la numérisation et la mise à disposition sur un portail pérenne et libre d’accès, hébergé sur la plateforme HumaNum.

Le projet a intégré le réseau du DIM STCN en 2020. Appuyé sur la publication et l’usage innovant de documents numérisés, le projet entend contribuer à une cartographie approfondie de la slavistique française dans une perspective transnationale et à la création d’un véritable portail de la slavistique française.

L’inventaire, en cours de réalisation, sera intégré au catalogue des archives et manuscrits de l’enseignement supérieur, Calames, dont il suit les normes. Le portail devrait être ouvert au public en 2021, partiellement dans un premier temps. Les documents numérisés et les outils d’exploitation seront introduits progressivement. Le portail sera entièrement opérationnel en 2023, année du XVIIe Congrès international des Slavistes qui se tiendra à Paris du 28 août au 1er septembre. Ces archives retraceront la mise en place et le développement des réseaux scientifiques dans le domaine de la slavistique. Grâce à des partenariats nationaux et internationaux — principalement en République tchèque et en Russie —, la mise en réseau de fonds complémentaires sera organisée.

Au cours de son siècle d’existence, l’Institut d’études slaves a accueilli des savants émigrés, suite à la Révolution russe notamment, mais aussi des personnalités représentatives de  la dissidence dans la seconde moitié du XXe siècle. Certains des fonds que détient l’Institut d’études slaves intéressent donc plus directement le projet Dissinvent. On pense tout particulièrement aux fonds Nikolaj Losskij, Vladimir Peška, Hubert Ripka et Noemi Schlochow, ou encore Aleksej Hvostenko, que nous présenterons brièvement plus bas.

Nikolaj Losskij (1870-1965) est un philosophe d’origine russe, qui développa la doctrine philosophique de l’intuitivisme, issu du personnalisme. Après Octobre 1917, en raison de ses convictions religieuses, Nikolaj Losskij est démis de son poste de professeur puis expulsé de Russie bolchévique en 1922. Après une longue période à Prague où il enseigne à l’université russe (1922-1942), puis à Bratislava (1942-1945), il poursuit son enseignement à l’Institut Saint-Serge de Paris, puis à Crestwood, dans l’État de New York, aux États-Unis. Il meurt à Paris en 1965 et c’est à l’Institut d’études slaves que ses héritiers ont confié ses archives. Le fonds comprend 19 boîtes de manuscrits, tapuscrits d’ouvrages et d’articles en préparation et des correspondances.  Il offre un large panorama des évolutions de la pensée philosophique de l’auteur, resté en dialogue constant avec son temps et ses contemporains, depuis les années 1920 jusqu’à sa mort. Y sont mis en relief les thèmes du bien et du mal, Tolstoï et Dostoevsky, la liberté, la personnalité, ainsi qu’un regard rétrospectif sur sa vie, livré peu avant sa mort. Le fonds a été récolé par Elena Serdioukova, qui a en outre recueilli des documents photographiques auprès de la famille Lossky. Il a été inventorié par Nathalie Lereboullet.


Nikolaj Losskij – Carte de lecteur de la Bibliothèque nationale (1946)

Le fonds Vladimír Peška (1920-2002), riche de 72 boîtes, contient des carnets et correspondances, ainsi que de la documentation, des articles et des coupures de presse. Arrivé en France en 1948 grâce à l’aide du professeur Straka, de l’université de Strasbourg, Vladimir Peška est une figure clef de l’émigration tchèque de la seconde moitié du XXe siècle. Il entra dès 1950 comme journaliste à Radio Free Europe puis, en 1960, à l’ORTF, où il dirigera, à partir de 1969, la rédaction tchèque. Après la fermeture de cette section, détaché du CNRS, il fut chargé de mission à l’Institut d’études slaves en même temps qu’il assura des cours de littérature à l’Institut national des langues et civilisations orientales. Dans ces deux institutions, il poursuivit ses enseignements et activités bénévolement, bien au-delà de la retraite, partageant son savoir avec les innombrables visiteurs qui venaient le voir, de France, de Tchécoslovaquie, mais aussi d’outre-Atlantique.  Le fonds Vladimir Peška comprend, entre autres, des archives de cercles et associations dont il était membre, comme celles du Sokol de Paris, organisation sportive et culturelle tchèque. Le fonds est actuellement inventorié par un chercheur tchèque associé au projet Numerislav, Jan Zatloukal. On y trouve des documents relatifs à Radio Free Europe — principal canal d’information opposé au régime communiste, une correspondance avec les rédacteurs et directeurs de RFE, Demetz, Lederer, Tumlíř …, des documents relatifs aux revues de la dissidence  tchèque, comme Proměny, Skutečnost, Svědectví de P. Tigrid, ainsi que des documents concernant la vie des associations d’exilés tchèques,  notamment  le Sokol et l’Amitié franco-tchécoslovaque.

Carte de presse de Vladimir Peška, déc. 1961
Agenda de Vladimir Peška, à la date du 25 février 1948, coup de Prague.
« C’est la fin !! Finis !! Liberté ? Démocratie ? »

Grâce au don du fils d’Hubert Ripka (1895-1958) et Noemi Schlochow née à Colmar en 1896, l’Institut d’études slaves détient une part de leurs archives. Hubert Ripka fut un journaliste, un homme politique et un artisan du développement des relations franco-tchécoslovaques. La vie de ce démocrate resté fidèle à la pensée de Tomáš Masaryk se confond avec le combat tchécoslovaque pour la liberté de 1938 à 1945 et après 1948, comme en témoignent les quinze ans d’exil où il lutta pour le rétablissement de l’indépendance tchécoslovaque.  Il rencontra Noemi Schlochow à Prague, où ils se marièrent en 1933. Après avoir soutenu une thèse de doctorat à l’université de Strasbourg, où elle étudiait les littératures française et allemande, Noemi Schlochow poursuivit ses études à la Sorbonne où elle s’intéressait aux langues slaves. En 1927, elle quitta la France pour Prague, probablement par intérêt pour le Cercle linguistique de Prague, dont faisait partie Roman Jakobson avec lequel elle est restée amie toute son existence. Elle devint professeur de littérature française et de traduction du tchèque au français à l’Institut Ernest Denis de Prague. Durant leur exil français, elle facilita les contacts entre son mari et les milieux politiques et la presse française. Elle publia plusieurs traductions de littérature tchèque en langue française. Le fonds, inventorié par Emma Ciazynski, compte deux boîtes de correspondances et tapuscrits d’articles. La correspondance familiale porte la trace des exils successifs d’un couple impliqué dans la vie politique et intellectuelle de l’Europe du XXe siècle.

Aleksej Hvostenko (1940-2004), dénommé aussi Hvost (la queue), est représentatif de la culture underground moscovite ; il est tout à la fois peintre, sculpteur, metteur en scène, poète compositeur et chanteur. Au début des années 1960, à Leningrad, il fait la rencontre d’Henry Volohonskij, ingénieur chimiste de métier et poète. Ils fondent alors un cercle littéraire avant-gardiste, Verpa. Hvostenko emménage à Moscou en 1968 et y devient une figure en vue de l’avant-garde littéraire et artistique moscovite, exposant clandestinement peintures et collages, publiant ses textes en samizdat et donnant des concerts dans des appartements de connaissances ou d’amis. Avec Volohonskij, ils composeront une centaine de chansons, signées du pseudonyme commun A.H.V., Hvostenko composant les musiques et interprétant des textes de Volohonskij. Il s’installe à Paris en 1977 et fonde peu après la revue Èho avec Vladimir Maramzin. Le fonds Hvostenko contient de la documentation relative à la vie et aux expositions de l’artiste, des affiches et coupures de presse. Une brochure grand format, éditée à faible tirage, la Revue hebdomadaire du club Symposium, avec des dédicaces de Hvost et du rédacteur D. Gale, et en 2e de couverture, un dessin original contrecollé en couleur, constitue un élément remarquable de la collection.

Ainsi les archives représentent-elles trois périodes et aspects différents du dissentiment, qu’il soit conceptuel, politique, artistique.

Responsable scientifique du projet : Sylvie Archaimbault (Eur’Orbem, UMR 8224 CNRS/Sorbonne Université)
Responsable des archives : Nathalie Lereboullet (Eur’Orbem, UMR 8224 CNRS/Sorbonne Université)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search