Le projet DISSINVENT : état actuel et perspectives de travail

Le projet DISSINVENT, porté par La contemporaine et l’Université de Paris et soutenu par un important réseau d’institutions partenaires, vise à identifier et valoriser les collections documentaires produites par les dissidents et exilés d’Europe de l’Est venus en France entre 1945 et 1991, tout en développant une réflexion sur la particularité de ces corpus et leur histoire et en mettant en réseau les chercheurs et les professionnels de la documentation. Depuis le début du projet en novembre 2020, nous avons identifié de nombreux fonds d’archives et collections documentaires, mais nous avons aussi développé un travail méthodique de diffusion et valorisation de ces collections à travers le carnet en ligne de La contemporaine et le compte Twitter du projet. Aussi, nous avons veillé à mettre notre travail en réseau avec des projets semblables à l’étranger, par exemple en rejoignant la plateforme européenne NEP4Dissent qui traite de l’histoire de la dissidence.

À travers une recherche combinant une enquête en ligne, des questionnaires et des entretiens personnels, autant que l’exploration en détail de certains fonds d’archives, nous avons réussi jusqu’à présent à identifier 29 collections documentaires relatives à la vie de la dissidence de l’Est en France. Bien qu’une partie considérable de ces collections soit toujours en cours de traitement, la majorité est déjà inventorié et librement consultable. Néanmoins, certaines de ces collections restent peu visibles et leur pertinence pour l’histoire de la dissidence n’est pas suffisamment soulignée. Il est de ce fait d’autant plus important de les rendre visibles aux yeux des chercheurs, des étudiants et du public général.

Une partie importante de ces collections se trouve à La contemporaine où sont conservés des fonds comme celui de l’historien russe Michel Heller, celui de la revue Kontinent ou celui de l’historien et dissident tchécoslovaque Jan Tesař. Ce dernier a laissé une vaste collection contenant des matériaux précieux provenant de la vie intellectuelle et politique de la dissidence de l’Est, notamment tchécoslovaque, tels que des transcriptions d’entretiens, des coupures de presse, des notices biographiques et des écrits de divers intellectuels critiques. Dans notre travail de repérage, nous avons aussi posé notre attention sur les collections conservées par les institutions partenaires de DISSINVENT, comme par exemple le fonds de l’historien et bibliothécaire tchécoslovaque Vladimir Peška et celui de Hubert Ripka et Noémi Schlochow à l’Institut d’études slaves.

Notre enquête nous a aussi permis d’identifier un grand ensemble de fonds d’archives produits par des personnages qui ne sont pas forcément associés à l’idée classique de la « dissidence » perçue comme ouvertement politisée et activement contestataire des régimes de l’Est. En nous inspirant d’une conception large de la « dissidence », entendue comme liée à différentes formes de non-conformisme politique, intellectuel et culturel, nous avons posé notre attention sur ces fonds qui montrent la nature complexe et diverse de la dissidence. C’est le cas notamment du fonds d’archives du philosophe roumain Emil Cioran, une collection très vaste et actuellement conservée avec un grand soin par la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet qui détient aussi d’autres fonds de l’exil roumain comme celui de l’écrivain Ghérasim Luca. Il en va de même pour ce qui est de certaines figures du monde artistique installées en France comme le graphiste Roman Cieslewicz dont la collection est actuellement conservée à la Bibliothèque Kandinsky à Beaubourg.

La France étant un pays où la vie associative est très riche, le travail de DISSINVENT suppose nécessairement d’explorer l’univers des associations culturelles et notamment de celles opérant au sein des communautés d’immigrés de l’Est. Nous avons ainsi identifié des fonds particulièrement intéressants. Certains d’entre eux sont célèbres, comme ceux de l’Institut Kultura à Maisons-Laffitte qui conserve les archives de l’éditeur polonais Jerzy Giedroyc et d’autres membres de cette institution. Dans d’autres cas, le travail avec les associations nous a permis d’élargir les frontières de notre réflexion et d’inclure des personnages souvent laissés de côté dans les récits sur la dissidence. C’est le cas des fonds que nous avons identifiés à la Maison de la culture yiddish à Paris, comme par exemple celui de l’écrivaine polonaise Lili Berger qui a quitté définitivement la Pologne suite aux épisodes d’antisémitisme de 1968. L’identification de ces fonds constitue certainement un pas vers l’intégration de ces personnalités et de leurs archives dans une histoire de la dissidence en France. Enfin, la recherche nous a permis d’identifier certaines collections qui sont actuellement conservées de manière informelle par des particuliers, mais qui constituent une source précieuse sur la vie de la dissidence. C’est par exemple le cas des archives de la revue anarchiste Iztok, jusqu’à présent conservées de manière privée par un de ses éditeurs, qui seront bientôt remises pour conservation à La contemporaine.

Somme toute, ce travail nous a permis d’établir des bases solides pour les prochaines étapes du projet. Dans un premier temps, il s’agira de poursuivre l’identification et l’exploration des fonds en incluant maintenant les imprimés, surtout pour ce qui est de certaines collections importantes comme le fonds d’Élie Borschak à la BULAC. Dans un deuxième temps, nous veillerons à l’amélioration continue des notices des fonds et au développement d’une stratégie efficace pour la diffusion et la valorisation de ces collections parmi les chercheurs, les étudiants et le public général. Enfin, dans l’intention de partager les résultats de notre projet, mais aussi d’enrichir notre réflexion sur la base des expériences de nos collègues en France et à l’étranger, une part importante de notre travail sera consacrée à l’organisation d’une série d’ateliers et journées d’études, en commençant par une réunion internationale à l’Inalco en novembre 2021 sur le sujet de l’héritage documentaire des dissidents de l’Est.

Voir aussi l’article en anglais sur le blog de Nep4dissent DISSINVENT: A Project on the Archival Collections of Eastern European Dissidents in France

A venir : Atelier international CollEx «Managing the Archival Heritage of Eastern European Dissent and Exile : Thoughts and Experiences / Gérer l’héritage archivistique de l’exil et de la dissidence d’Europe de l’Est, réflexions et expériences» , Bulac, 19 novembre 2021

Agustin Cosovschi



Citer ce billet
LC Admin (2021, 2 juillet). Le projet DISSINVENT : état actuel et perspectives de travail. La contemporaine. Bibliothèque, Archives, Musée des mondes contemporains. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qr1j

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search